Les travailleurs de la COMATEX ont organisé, le samedi 23 juillet, une cérémonie pour accorder les autorités, suite à l’acquisition des dix mois d’Arriérés de salaires que le gouvernement leur a accordés à la veille de la fête de Tabaski. Pendant ladite cérémonie, le Président de la transition, le Colonel Assimi GOITA, et son Le Premier Ministre, Dr Choguel Kokalla MAIGA, ont été largement magnifiés. Malheureusement, la fête a été gâchée par les propos maladroits de l’autorité morale du M5 de la ville de Ségou, Tidiane GUISSE. Celui-ci a profité de l’occasion pour répondre sévèrement et sèchement aux partis politiques qui demandent la démission du Dr Choguel MAIGA. L’ouverture réclamait l’exécution de tous les politiques hostiles à la transition. Jusqu’où iront ces soutiens encombrants de Choguel Kokalla MAIGA ?

Dans son intervention, Tidiane GUISSE, un notable de la ville de Ségou, a tenu des propos contraires à la cohésion sociale et à la paix qu’aspirent les Maliens. « Fracassez la tête à toute personne qui demande la démission de Choguel et étranglez celui ou les cellules qui sont hostiles à la candidature de Assimi GOITA. On me signale que le Procureur Touré va m’interpeller après ces mots. Oui je suis d’accord ! S’il interpelle moi aussi je vais l’interpeller ici à Ségou », voilà en subsistance les propos haineux de ce notable de Ségou qui font le tour des réseaux sociaux.

En effet suite aux demandes d’émission de certains partis politiques destinés au Premier ministre, certains de ses soutiens n’hésitent pas à proférer des menaces de mort à leur rencontre. Pire, à Ségou ces menaces ont été proférées devant le représentant du Premier ministre qui n’a pas daigné les rappeler à l’ordre.

Ces menaces ont défrayé la chronique au sien de la société civile de la ville et des regroupements politiques de Ségou, dont la jeunesse du M5 RFP qui décide de porter plainte contre le Tidiane GUISSE pour menace de mort. Actuellement, les pros et antigouvernement sont à couteaux tirés. Une situation qui ne profite ni au gouvernement ni aux populations qui sont en proie à la vie chère et à l’insécurité.

Rappelons qu’après les divergences aux allures de guerre ouvertes entre le gouvernement et le CNT voici un amendé et voté la nouvelle loi électorale, le Président de la transition l’ont promulguée. À chaque coup, les proches du Premier ministre crient sur tous les toits pour brandir le  » Grand patriotisme  » de Choguel pour avoir craché ses quatre vérités aux décideurs internationaux. Ainsi, les diatribes et les menaces contre les opposants du Premier ministre ne tardent pas à pleurer.

« La meilleure action salvatrice à faire aujourd’hui pour le Mali c’est interdire la pieuvre (ADEMA) et tous ses tentacules, c’est-à-dire ses partis dérivés. Ces GIE n’ont apporté que désolations, divisions, médiocrité. Dissolvons ces hydres pour toujours par tous les moyens possibles, car ils ont fait trop de milliardaires, spécialisés dans les détournements hallucinants », il y a là les propositions d’un cadre proche du Premier ministre.

Pourtant, beaucoup de ces crieurs qui prétendent défendre le Premier ministre sont des intellectuels qui peuvent être utiles à Choguel et au pays s’ils mettent de côté la passion.

A l’allure où vont ces menaces de morts et autres intimidations, le temps est que les autorités prennent des dispositions pour faire taire ces partisans fanatiques qui supposent de devoir une autre crise dans notre pays.

PAR CHRISTELLE KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.