Dans une affaire les concernant, lex-ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, et son fils Thomas avaient été conviés à Bamako, capitale du Mali, par le juge d’instruction du Ple économique et financier de Bamako. Censs tre entendus le 20 juin dernier, les sujets français n’ont pas répondu à l’appel de la justice malienne et le mouvement Maliko ragit et a proposé le lancement d’un mandat d’arrêt international.

Points du doigt dans l’affaire de passeport malien, lex-ministre français, Jean-Yves Le Drian et son fils, Thomas, ont été convoqués à Bamako par la justice malienne. Les deux ressortissants français doivent répondre à leur convocation le lundi 20 juin 2022. Cela, pour clairer la lanterne du juge d’instruction sur le dossier en cours. Corn, le temps vient de donner la raison de ceux qui, avant l’arrivée de la date indiquée, prdisaient l’absence des deux personnes. Pour sa part, le mouvement Maliko dit avoir pris acte de cette absence. Le Maliko a pris acte du refus de mouvement Monsieur Jean-Yves Le Drian, ancien ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, et son fils Thomas Le Drian de répondre à la convocation du juge d’instruction du Ple économique le lundi 20 juin 2022. Selon le mouvement suspect, cette attitude de mépris vis-à-vis de la justice malienne est la confirmation du non-respect par les dirigeants français de la justice malienne. Pour la circonstance, le mouvement dit porter sa confiance et son soutien à la justice du Mali. Les membres du mouvement invitent la justice procder autrement. Le Maliko encourage la justice malienne à engager le mouvement d’autres actions telles que le mandat d’arrêt international, indique-t-on dans le communiqué publié hier mardi 21 juin 2022. Il convient de rappeler que le mouvement Maliko a dpos, mardi 22 février 2022, une plainte devant le Plé économique et financier de Bamako contre les deux personnes. Cela, pour leur implication dans l’attribution du mars frauduleux des passeports maliens. Pour justifier sa plainte, le Mouvement dit avoir constaté qu’en 2015, le mars de confection du passeport malien, précédemment détenu par la société canadienne Bank Note, at attribué par le gouvernement malien de l’époque la société Imediat. Auparavant, cette société (Imediat) était connue sous l’appellation Oberthur Technologie. Et le montant du mars conclu entre le gouvernement malien et la société Imediat se chiffre plusieurs milliards de F CFA, selon Maliko. Partant des constats du mouvement, il sait authentique que le mars à, de gr gr, attribut cette société Imediat sans appel doffres, ni appel candidature aux autres sociétés. Une pratique qui, suivant les règles de passation des marches publiques au Mali, normal nest pas. Le mouvement a donc estimé que les règles prévues en la matière ont été toutes légèrement violées. Le problème, c’est qu’il ressort que l’actionnaire principal de la société Imediat, adjudicataire du marché public de confection du passeport malien, nest autre personne que M. Thomas Le Drian, fils de Jean-Yves Le Drian. Ce dernier était ministre de la Défense au moment des faits. Le Mouvement dnonce le fait que lex-ministre français a profité de sa position de membre influent du gouvernement français pour octroyer des avantages indus son fils. Cela, via l’attribution du marché la société Imediat. C’est ainsi que le juge en charge du dossier avait convoqué les deux personnes au Mali pour atteinte aux biens publics et autres infractions. La justice acceptera-t-elle de mettre un mandat d’arrêt international contre les deux ?

Mamadou Diarra

Source : LE PAYS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.