La Coordination des Mouvements, Associations et Sympathisants (Cmas) de Limam Mahamoud Dicko, dans un communiqué du mardi 4 janvier 2022, demande la mise en place d’une transition civile pour sortir le Mali de la terrible situation qu’il traverse.

Après les conclusions des Assises Nationales de la Refondation, de nombreux partis politiques, groupements et autres ont réagi. A cet effet, la Coordination des mouvements, associations et sympathisants (CMAS) du limam Mahamoud Dicko s’exprime à travers un communiqué. Lisons, la Cmas a appris par voie de presse qu’après la Conférence nationale de refondation, une proposition de calendrier électoral a été communiquée à la CEDEAO par les autorités. De ce calendrier il ressort que les autorités ont opté pour l’extension de la durée de la Transition à 5 ans, à compter de janvier 2022. La Cmas, grâce à son engagement patriotique, rejette ce timing qui viole la Charte de la Transition, mais affiche aussi la volonté des autorités actuelles de rester au pouvoir sans proposition concrète pour nous sortir de cette crise multiforme. Fortement opposée à cette sombre perspective, la Cmas invite les autorités de transition à se redresser en évitant de rester au pouvoir de manière illégale et illégitime. Même en incluant, selon les organisateurs, les soi-disant Assemblées nationales ne peuvent se substituer à la voix du peuple pour légitimer une éventuelle prolongation de la durée de la Transition et donner au pouvoir actuel le droit d’adopter une nouvelle Constitution. Constatant avec regret l’échec des autorités, la Cmas demande au Président de la Transition et à ses camarades militaires de respecter leurs premiers engagements en transférant le pouvoir à une véritable Transition Civile. Enfin, la Cmas informe l’opinion nationale et internationale qu’au-delà de la période initialement assignée à la Transition, elle usera de tous les moyens et moyens légaux pour demander la mise en place d’une transition civile afin de sortir notre pays de la situation grave qu’il connaît, selon le coordinateur général, Youssou Daba Diawara.

Rappelons que celui-ci vient après celui du cadre stratégique permanent qui s’oppose également à une probable prolongation de la transition. Par ailleurs, le médiateur est également attendu aujourd’hui à Bamako pour dialoguer avec les autorités en place afin de normaliser la situation.

Lassana SOW

Source : LA LUTTE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.