Aller au contenu

Au Mali, l’armée récupère une base libérée par l’ONU et convoitée par d’anciens rebelles.

Le dimanche 13 août, la Mission des Nations Unies au Mali (Minusma) a annoncé qu’elle avait « anticipé »pour des raisons de sécurité, son retrait d’un camp dans le nord du pays, que l’armée affirme avoir récupéré. « après de nombreux incidents ». avec le « groupes « terroristes et malgré l’avidité de l’ancienne rébellion touareg.

« La Minusma a anticipé son retrait du Ber en raison de la détérioration de la sécurité dans la région et des risques élevés qu’elle fait courir à nos soldats de la paix.a expliqué la Minusma dans un message sur X (anciennement Twitter), sans préciser la date initiale de départ ni le nombre de soldats. Elle « appelle toutes les personnes impliquées à s’abstenir de toute action qui pourrait compliquer davantage l’opération »..

Le départ de Ber des casques bleus burkinabés qui l’occupaient était prévu dans le cadre du retrait de la Minusma du pays d’ici la fin de l’année. Le premier départ a eu lieu le 3 août à Ogossagou (centre), dont l’armée a déclaré avoir pris le contrôle dans un communiqué publié dimanche soir.

Lire aussi : La France et le Mali suspendent mutuellement la délivrance de visas

La Minusma met ainsi en œuvre la décision prise fin juin par le Conseil de sécurité de l’ONU de mettre fin immédiatement à la mission déployée depuis 2013, à la demande de la junte arrivée au pouvoir par la force en 2020. Le retrait de quelque 11 600 soldats et 1 500 policiers de dizaines de nationalités se fera progressivement jusqu’au 31 décembre.

Dans un communiqué publié dimanche soir, l’armée malienne (FAMA) a déclaré, dans le cadre du processus de remise des biens de la Minusma, elle a pris possession de du Camp Ber dimanche à environ 08h30 heure locale (GMT). après une série d’incidents survenus au cours de la [ses] unité. Sur le chemin de Ber pour récupérer le camp, il a rapporté plusieurs incidents avec des « les CAT (groupes terroristes armés), y compris « une tentative d’incursion dans l’installation et des tirs de harcèlement ». contre ses troupes vendredi et d’autres « affrontements » qui se sont soldés par un total de « six morts et quatre blessés dans ses rangs. A partir de « tirs sporadiques dimanche ont visé des soldats avançant vers Ber, selon le même texte, qui ne précise pas l’identité des assaillants.

Partez, ne cédez pas

Depuis plusieurs jours, la zone de Ber est également le théâtre de tensions entre l’armée et le groupe paramilitaire russe Wagner, d’une part, et la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA, ex-rébellion touareg), d’autre part, selon cette dernière organisation.

La Minusma doit « laisser simplement [de Ber] pas concéder ». Attaye Ag-Mohamed, un dirigeant de la CMA, a déclaré à X dimanche qu’il n’était pas question de céder le terrain à l’armée. « Les FAMA sont déterminées à occuper coûte que coûte le camp de la Minusma, y compris ceux situés dans les zones contrôlées par la CMA.a déclaré l’ancien groupe rebelle, qui contrôle de vastes zones dans le nord, dans un communiqué transmis samedi à l’AFP.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Le sort des forces françaises au Niger est en suspens

Le fossé s’est creusé avec la junte, que la CMA accuse de remettre en cause l’accord de paix d’Alger signé en 2015 avec Bamako. La CMA reproche également aux militaires d’avoir adopté en juin une nouvelle constitution qui, selon elle, remet en cause l’accord. Dans un nouveau signe de tension, elle a déclaré vendredi qu’elle avait rejeté une attaque complexe des FAMA et de Wagner ».dans un communiqué de presse publié le même jour, sans faire de victimes. Jeudi, elle avait annoncé le départ de tous ses représentants de Bamako pour des raisons de sécurité. « sécuritéet creuse encore le fossé avec la junte, qu’il accuse de mettre en péril l’accord d’Alger.

La junte a fait de la souveraineté son mantra depuis sa prise de contrôle du pays, rompant l’alliance avec la France et ses partenaires contre le djihadisme, et se tournant militairement et politiquement vers la Russie.

Service partenaires

Cours d’anglais en ligne avec Gymglish

Apprenez l’anglais en 10 minutes par jour avec des leçons personnalisées et amusantes.

Découvrez

Depuis 2012, le Mali est en proie à une profonde crise sécuritaire qui a débuté dans le nord et s’est étendue au centre du pays ainsi qu’aux pays voisins, le Burkina Faso et le Niger.

Le Monde avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *