Dans un message à l’occasion de la Journée internationale pour l’abolition de l’esclavage, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a souligné l’urgence d’agir face à ce phénomène. En fait, il a dit  » l’héritage raciste de l’esclavage se fait encore sentir aujourd’hui « . Et d’ajouter que, même si l’on peut croire que l’esclavage est une chose du passé, ce fléau continue de sévir dans notre monde moderne.

Parce que la servitude pour dettes, le servage et le travail forcé, la traite des êtres humains à des fins d’exploitation – y compris l’exploitation sexuelle, le mariage forcé, le travail des enfants – et le recrutement d’enfants dans les conflits armés sont des manifestations contemporaines de l’esclavage, qui constituent tous des crimes et sont violations flagrantes des droits de l’homme.

Aujourd’hui, poursuit-il, sur plus de 40 millions de personnes victimes de l’esclavage, une sur quatre est un enfant ; trois sur quatre sont des femmes et des filles.  » Ils sont faits pour produire les vêtements que nous portons ou la nourriture que nous mangeons, ou pour construire les bâtiments dans lesquels nous vivons et travaillons.  » Il ajouta.

Il a appelé tous les pays à redoubler d’efforts pour identifier et protéger les victimes et les survivants, notamment en contribuant au Fonds de contributions volontaires des Nations Unies pour la lutte contre les formes contemporaines d’esclavage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.