Le Palais de la Culture Amadou Hampaté Ba a abrité, ce jeudi 9 décembre 2021, la cérémonie commémorative du 75e anniversaire de l’UNICEF et des 60 ans de collaboration entre l’organisation des Nations Unies et notre pays. La cérémonie a été présidée par la représentante du Président de la Transition, Mme WADIDIE Founè Coulibaly, Ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfance et de la Famille ; en présence de Mme Sylvie FOUET, représentante de l’UNICEF au Mali ; par la vice-présidente du parlement des enfants, Awa DICKO.

La cérémonie a également enregistré la présence de l’ancien ministre, Cheick Oumar Sissoko, non moins ancien vice-président de l’Alliance des artistes et intellectuels pour la survie de l’enfance et le développement en Afrique ; Mme N’Diaye Mariam Coulibaly, ancienne chef des finances à UNICEF-Mali, ancienne chef des opérations à RCI, Cameroun, RDC.
Les différentes interventions montrent que le Mali, qui a coprésidé le Sommet mondial pour l’enfance en 1990, a été parmi les premiers pays à ratifier la Convention relative aux droits de l’enfant et à mettre en œuvre des politiques et programmes intégrés de survie. , le développement et la protection des enfants.
La coopération entre le Mali et l’UNICEF a couvert les principales dimensions et aspects de la promotion des droits de l’enfant et a abouti à des résultats significatifs au profit des enfants et des groupes vulnérables.
Un mécénat et une volonté politique conjoints ont conduit à l’engagement et à la participation active du Mali à tous les sommets et forums dédiés aux enfants et à la ratification et la mise en œuvre des conventions, protocoles et chartes pour la promotion des droits de l’enfant. et bien-être des enfants).
Une importante réforme législative a été mise en œuvre pour harmoniser les lois nationales avec les dispositions de ces conventions, notamment avec la promulgation du Code de la famille.
Le Mali a participé à toutes les initiatives régionales et internationales de défense et de protection des droits de l’enfant. Un mouvement national a émergé avec la mise en place d’un parlement des enfants et d’alliances et de réseaux de chefs religieux, d’artistes et d’intellectuels, de jeunes et d’organisations de la société civile pour garantir à chaque enfant au Mali tous ses droits.
Cette célébration a été marquée par des cérémonies de commémoration, des distinctions, des séances de plaidoyer et de sensibilisation et des activités dirigées par des enfants.
Dans son discours de bienvenue, Sylvie FOUET, représentante de l’UNICEF au Mali, a rappelé que la coopération entre le Mali et son organisation a commencé en novembre 1960 avec l’ouverture d’un bureau de l’UNICEF à Bamako.
En 2020, a-t-il déclaré, la réponse à la maladie à coronavirus a vu la mise en œuvre d’interventions de pointe en matière de santé / WASH, de protection et d’éducation.
Parmi ces actions, il a souligné l’opération « rentrée scolaire » qui a bénéficié à plus de 200 000 enfants vulnérables.
L’enseignement à distance par la fourniture de radios solaires à près de 10 000 enfants en collaboration avec 30 radios.
Nous soulignons également le soutien à la réouverture des écoles fermées ainsi que les actions communautaires dans plus de 2 000 écoles, équipées de kits d’hygiène et de protocoles de prévention qui ont permis à tous les enfants de retourner à l’école dans un environnement de qualité. .
Dans le même esprit, l’UNICEF a également lancé le « projet de changement pour les enfants » qui offrira aux adolescents et jeunes de 21 pays (dont le Mali) l’opportunité de faire entendre leur voix.
Mais l’arbre ne doit pas cacher la forêt. Mme Sylvie FOUET a regretté que 1600 écoles soient restées fermées pour cause d’insécurité (500 000 élèves et 10 000 enseignants) sur 9 000 écoles au total, soit un taux de 20 %.
« Ensemble, nous pouvons continuer à relever les défis comme nous l’avons fait pendant ces 60 ans pour offrir une éducation de qualité à tous les enfants », a assuré le représentant résident de l’UNICEF.
Selon lui, les progrès des 60 dernières années ont couvert toutes les dimensions de l’enfance. Pour illustrer son propos, elle a déclaré que grâce au soutien de l’UNICEF et d’autres partenaires, le taux d’allaitement maternel exclusif est passé de 7 % en 1987 à 47 % en 2021.
« Ces vacances nous invitent donc à célébrer les réalisations en mettant en évidence les défis du présent à travers des interventions à fort impact avec des solutions innovantes », a-t-il déclaré.
Au nom du gouvernement et du peuple maliens, la secrétaire générale du ministre de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, Chiaka MAGASSA, a exprimé la gratitude du Mali à l’UNICEF, dont le soutien s’inscrit dans cette vision, ou plutôt la mobilisation de tout autour du thème du bien-être des enfants.
Pour atteindre cet idéal, il dira qu’il est essentiel d’augmenter les ressources à tous les niveaux. C’est à cela que tous les acteurs et parties prenantes invitent les décideurs.
« Je mesure la qualité et la portée des interventions de l’Unicef ​​qui s’inscrivent parfaitement dans les orientations définies dans les politiques publiques et stratégies nationales du Mali en matière de promotion et de protection des droits de l’enfant », a déclaré MAGASSA. .
C’est en effet le 11 décembre 1946 que l’UNICEF est conduit aux fonts baptismaux. Sa mission est de fournir un financement et une formation, des fournitures et un soutien psychologique aux besoins des enfants dans les situations d’urgence et de développement.
Par conséquent, les services dans les domaines de la santé maternelle et infantile, de la nutrition, de l’approvisionnement en eau, de l’éducation de base et des services de soutien aux femmes dans les pays en développement, entre autres, restent au centre de son action.

par Abdoulaye OUATTARA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.