Aller au contenu

« je suis innocent » – Info-Matin

Mis sous sanction par l’Office of Foreign Assets Control (OFAC), l’organisme de contrôle financier du Département du Trésor américain, l’ancien député de la Commune II et fils de l’ancien président, Honorable Karim Keïta sort ce mercredi 14 décembre 2022 sur leur Twitter complet, pour plaider leur innocence, à défaut la présomption à laquelle un droit tout être humain. Estimant avoir été pris à partie dans des procédures à finalité politique évidente, et avoir été transformé en parfait coupable et lynché injustement plus deux (2) années durant, l’honorable Keita a tenu à réaffirmer son innocence par rapport aux faits supposés qu’il dit être totalement étranger et dont l’existence est plus que douteuse. Comme le fils de son père, le prie que « que Dieu nous permet d’assister au triomphe de la vérité ».

Cette déclaration fait suite à la publication d’un document du Trésor des États-Unis, le vendredi 9 décembre lors de la journée internationale contre la corruption, fourniee chaque année. Le document Ledit accuse Karim KEITA de faits de corruption comme : le détournement de biens de l’État, la corruption liée à des contrats gouvernementaux ou à l’extraction de ressources naturelles, ou les pots-de-vin.
Dans son document, l’OFAC révèle aussi, que le fils de l’ancien président a également ostensiblement organisé des pots-de-vin pour soutenir la réélection de son père, en 2018. Ce dernier a finalement été chassé du pouvoir en août 2020 suite à un coup d’état.
Outre Karim Keita, en exil en Côte d’ivoire depuis la chute de son défunt père, plus de 40 autres personnes ont été épinglées par l’OFAC qui a indiqué qu’au cours de 2022, les États Unis ont pris de nombreuses mesures pour promouvoir la responsabilité des auteurs pour les violations des droits de l’homme et des acteurs corrompus à travers le monde, y compris les sanctions contre les lois des individus et des entités. Celles-ci sont entre autres le gel des avoirs, l’interdiction de voyager sur le territoire américain.
Face aux accusations de l’OFAC qui ont été soutenues par le Chargé d’affaire de l’ambassade des Etats Unis lors d’une conférence de presse, ce lundi 12 décembre, l’inculpé Karim Keita, après des années de silence sur les réseaux sociaux, une décision de se défendre.
Voici la toute première sortie de Karim Keïta depuis la chute de feu IBK.
« Depuis la rupture de l’ordre constitutionnel dans mon pays, le Mali, et soucieux de ne généraliser en rien ni le pays qui m’a offert l’hospitalité en toute fraternité, ni la bonne marche de la transition au Mali, je me suis astreint à un strict devoir de réserve qu’aucun évènement n’est venu entamer ni prendre à défaut.
Cependant, la surprenante décision rendue publique récemment par le Trésor Américain et la conférence de presse de l’ambassade des Etats-Unis à Bamako, me voilà délictuel incriminé, m’oblige le 14 décembre 2022 à la présente précision :
Mis en cause dans des procédures à finies politiques évidentes, de présumé innocent, je suis transformé en coupable et lynché virtuellement sans autre procès que celui colporté par la réclamation des médias instrumentalisés.
Je constate que cette décision a été rendue unilatéralement, sans récupérer aucun, aucun contact avec moi, je n’offre aucune possibilité de réaction avant que j’appelle de nouveau un lynchage sans raison avérée, au détriment du doute, de l’objectivité que commanderait toute démarche impartiale.
Je tiens à réaffirmer mon innocence par rapport aux faits narrés, suggérant que je suis étranger et dont l’existence est plus que douteuse.
Je demeure également confiant en ce que des mécanismes internes au système américain existant, mis en œuvre par des hommes et des femmes de grande qualité, mus par la seule quête de justice, aux condamnations forgées dans les principes qui ont fait la grandeur des États- Unis d’Amérique. J’y aurai recours en temps utile.
En attendant je voudrais que dans le doute, on admette que je puisse être innocent jusqu’à ce que la preuve contraire soit apportée, me faisant ainsi bénéficier d’une présomption reconnue å tout être humain, par toute personne animée d’un minimum de Bonne chance.
Que Dieu nous permet d’assister au triomphe de la vérité.

PARAMINA SISSOKO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *