L’hôtel Radisson Collection de Bamako a abrité, hier, mardi, la 6ème réunion du comité interministériel de concertation Guinée-Mali pour la construction du barrage polyvalent de Fomi. La cérémonie d’ouverture a enregistré la présence d’Ibrahim AB SYLLA, Ministre de l’Energie, de l’Hydraulique et des Hydrocarbures de la République de Guinée ; le Secrétaire exécutif de l’Autorité du bassin du fleuve Niger ; représentants des partenaires techniques et financiers.

Organisée par le Ministère des Mines, de l’Eau et de l’Eau du Mali, en collaboration avec le Ministère de l’Energie, de l’Hydraulique et des Hydrocarbures de la République de Guinée, cette rencontre de deux jours a pour objectif général de poursuivre le dialogue et d’assurer le suivi des la construction de la centrale du barrage polyvalent de Fomi.
Plantant le décor, le Ministre guinéen SYLLA, au nom de toute sa délégation, a remercié les dirigeants maliens pour l’accueil chaleureux dont ils bénéficient à chaque fois qu’ils viennent au Mali.
Venant à ce travail multinational, il a indiqué que le barrage de Fomi est en construction à 32 km en amont de sa confluence avec le fleuve Niger. N’oubliez pas qu’il s’agit d’un vieux projet dont on parle depuis 1922.
« Le gouvernement guinéen a signé un accord avec Yellow River Engineering Consulting (YREC) pour la construction du barrage de Fomi en septembre 2017. YREC a commencé les travaux préparatoires tels que la matérialisation de l’emplacement du barrage et la construction de logements pour les travailleurs. « .
Concrètement, l’intérêt de cette infrastructure de Fomi est de mieux profiter du fleuve Niger, à travers un modèle de développement économique et intégrateur entre le Mali et la République sœur de Guinée Conakry.
Pour le ministre guinéen il contribuera à la régulation du régime des cours d’eau ; il soutiendra le développement de l’agriculture, de l’élevage et de la pisciculture. De même, il renforcera la capacité de production d’électricité entre le Mali et la Guinée à travers l’interconnexion des réseaux électriques. Ceci, en réduisant les problèmes d’accès à l’électricité auxquels les deux pays sont confrontés.
Quant au ministre malien des Mines, de l’Énergie et de l’Eau du Mali, il a également rassuré que la construction du barrage de Fomi intégrera et renforcera la collaboration fructueuse déjà existante entre le Mali et la Guinée.
Il a également souligné que dans le contexte actuel de lutte contre le changement climatique, la mise en valeur de nos ressources en eau par la construction d’installations hydrauliques structurelles apparaît comme le scénario optimal pour garantir un développement socio-économique durable de nos Etats.
Il espère donc que cette 6ème rencontre aboutira à l’élaboration et à la validation d’un Mémorandum sur la construction du barrage de Fomi/Mousako en tant qu’ouvrage structurant pour le Mali et la Guinée et en tant qu’intégrateur dans le bassin du Niger.
Au cours de cette rencontre, les responsables des deux pays ont réitéré leur attachement à la construction du barrage de Fomi qui aura des avantages incontestables également sur les conditions de vie et de travail des peuples du Mali et de la Guinée. En effet, à partir des installations du barrage de Fomi, les populations pourront pratiquer l’agriculture, la pêche et la pisciculture.
Bref, il s’agit d’une initiative intégrative et de développement économique entre les deux pays.

PAR CHRISTELLE KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.