Le président de l’Appel Citoyen pour une Transition Réussie (ACRT-FASO KA WELE), Issa Kaou N’DJIM, à l’issue de sa rencontre avec le leader du Collectif de Défense de la République (CDR), Mohamed Youssouf BATHILY a déclaré à Ras Bath , a lancé un appel aux acteurs de la société civile et aux partis politiques pour former une plateforme pour dire non à l’établissement d’une pensée unique.

Après le Mouvement pour la refondation du Mali (MORENA), une délégation de l’ACRT-FASO KA WELE, conduite par Issa Kaou N’DJIM, s’est rendue jeudi au siège de la CDR.
L’activité faisait partie d’une série de rencontres entre ACRT-FASO KA WELE et les partis et mouvements politiques au Mali. A l’ordre du jour de ces rencontres, le mouvement politique dirigé par l’ancien membre du Conseil national de transition (CNT) prévoit également un échange avec la plateforme Jigiya Kura et le Cadre d’échanges des partis et mouvements politiques sur l’actualité. malienne.

D’ici là, après la rencontre avec Ras Bath, Issa Kaou N’DJIM a réitéré sa position et la nécessité pour notre pays d’aller aux élections pour la mise en place d’organes et d’institutions plus légitimes.

C’est par le biais du vote que les gens expriment leur choix et leur vision. Bien sûr, admet-il, il y a de l’insécurité. Cependant, répond-il, il ne s’agit pas de reporter ces élections jusqu’au retour de la paix car « personne ne sait quand le problème sera résolu ».

Portant son costume de démocrate, Issa Kaou N’DJIM estime que la tenue d’élections ne peut être liée à l’insécurité. Pour l’interface utilisateur, l’approche idéale est d’avoir un consensus politique sur le problème.

Selon lui, le baromètre que ceux qui se croient populaires vont aux élections. « Nous sommes des démocrates. Un démocrate ne peut pas échapper aux élections », a-t-il insisté, ajoutant que l’essentiel est d’aller à des élections transparentes, crédibles et inclusives avant les réformes.
« Il n’y a rien de plus légitime que le pouvoir qui vient des urnes. C’est pourquoi nous pensons que tous ceux qui partagent ces idéaux doivent se rassembler pour avoir un dénominateur commun, une synergie d’actions afin que le Mali retrouve ses fondements », a déclaré Issa Kaou N’DJIM.
L’objectif sera la mise en place d’une plateforme politique pour dire non à la constitution d’une pensée unique au Mali.

« Nous ne devons pas laisser une seule pensée nous imposer. Ils ne nous imposeront pas une seule pensée », a fulminé le président de l’ACRT-FASO KA WELE, qui a durci le ton contre le pouvoir actuel.
« Nous resterons légalistes et défendrons nos convictions politiques. Nous nous rendrons pour le bonheur et l’honneur du peuple et garantirons la liberté de choix aux citoyens », a-t-il déclaré, indiquant qu’il est impossible de suspendre la démocratie.
C’est donc pour lui l’occasion de montrer à l’opinion nationale et internationale qu’il y a des Maliens qui souhaitent la tenue d’élections.

PAR SIKOU BAH

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.