La bataille qui s’est déroulée ce 22 septembre 1878 à la lune des plus sanglantes livres par le colonisateur français, entre 1857 et 1898, pour le contrôle du Soudan.

Saboucir était la capitale du royaume de Logo située à 25 km des villas de Kayes sur la rive gauche du Fleuve Sngal. Sous l’administration Faidherbe, les Français se sont rendus compte de l’existence d’un verrou qui rend difficile la progression des forces françaises en Afrique de l’Ouest.

De ce fait, la France a confi cette bataille au lieutenant-colonel Reybaud dont la troupe était partie de Saint-Louis (Sngal) le 11 septembre 1878 pour arriver Saboucir quelques jours plus tard, cest-dire, le 22 septembre, dans l’intention de se rendre au Niger, en passant par le Mali.

la tte dune force de 585 hommes, 4 canons et 80 chevaux, Reybaud a confront ds laube et pendant cinq heures, les troupes du roi Niamodi Sissoko. Le peuple du Logo, violon au code de l’honneur, une critique, ce jour-l, une des toutes premières pages de l’histoire de la résistance de notre peuple la domination coloniale. Malgr la vaillance des dfenseurs de la cite qui tait protge par un imposant tata, la puissance de feu du dtachement colonial ne pouvait que faire la diffrence la longue avec de lourdes pertes en vies humaines dun ct comme de lautre.

On dénombre 13 morts dont 2 officiers (un capitaine et un lieutenant) et 51 bénis chez les assaillants. Du ct des défenseurs du royaume de Logo, on a dnombr 150 morts dont le roi Niamodi SISSOKO. La bataille de Saboucir à la lune des plus sanglantes livres par le colonisateur français, entre 1857 et 1898, pour le contrôle du Soudan. Il fallait faire sauter le verrou Logo Saboucir pour pouvoir prendre Bafoulab, Kita, Bamako.

Le royaume qui comportait une vingtaine de villages son apoge, était hostile à la pénétration française. Devant la menace des forces de Niamadi SISSOKO, appuyes par les troupes dlite de Skou Omar Tall, les Franais taient dans le dilemme: comment Attente Bafoulab sans passer par Saboucir?

Aprs moult tentatives, ils sont parvenus ngocier le retrait des troupes omariennes, en optant pour la stratgie classique du diviser pour mieux rgner. Le retrait des troupes de Skou Omar Tall (1500 hommes) a notamment contribué à la défaite du roi Niamodi SISSOKO et de son arme. Celles-ci comptaient se démarquer des Français pour reprendre le Fort de Mdine construit par la France le 15 octobre 1855 pour servir de base son arme. Cette bataille revt dautant plus un caractère symbolique que notre pays est devenu indépendant, 82 ans jour pour jour plus tard, un 22 septembre 1960.

KayesInfos

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.