À Bamako, comme à l’intérieur du pays, la carte d’identité nationale est pratiquement introuvable dans certains commissariats de police, depuis plusieurs mois. Des populations dénoncent cette situation qui les pénalise. Pendant ce temps, les autorités ne donnent aucune explication sur les raisons de cette rupture.

Au Commissariat de Police de la Commune IV du district de Bamako, des usagers font des va-et-vient pour renouveler leur carte d’identité. Maïs en vain, disent-ils. D’autres évoquent même une pénurie du document.

A l’intérieur supposé du commissariat, un agent accepte de témoigner sous anonymat. Pour ce dernier, cette indisponibilité de la carte est une réalité partout au Mali. «Je n’en connais pas les raisons, mais je sais que la rupture est nationale» soutient-il. Les ajouts que le quota de cartes réservées aux arrondissements de police est minime. « Cette semaine, on nous a donnés une centaine de cartes après des semaines de rupture. Alors qu’avant ce problème, on pouvait fournir 100 cartes par jour », explique-t-il.

« La demande supérieure à l’offre »

Dans cet autre commissariat, un autre agent déplore cette situation. L’affirme que la demande est plus forte que le propose. Mais il refuse d’en dire plus et nous demandons de voir avec la hiérarchie pour ce qui concerne ici les vraies raisons.

Au ministère de la sécurité, on affirme que « des dispositions ont été prises pour qu’il n’y ait pas de pénurie de carte d’identité ».

De la rupture à la magouille

Cette problématique est signalée à l’intérieur du pays. Les utilisateurs recherchent la carte d’identité nationale. Au-delà de la pénurie, certains usagers dénoncent une magouille autour de l’établissement de la carte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.