Aller au contenu

 »le changement n’est pas en train d’emboiter le pas » – Info-Matin

C’est le 11 octobre 2022, qu’Abdel Kader MAIGA, membre du Comité stratégique du M5-RFP à animé un point de presse, sur la militarisation de la police et de la protection civile. Au cours de cette rencontre avec les médias, Abdel Kader MAIGA n’a pas manqué d’informer l’opinion sur l’état de santé de son mentor et également premier ministre de la Transition, Dr Choguel Kokalla MAIGA. L’a affirmé que les chefs du gouvernement de la Transition, porte mieux physiquement est revenu chez lui.

«Le Premier ministre, Choguel K MAIGA lit, réfléchit et analyse les sujets. L’est toujours plongé dans les sujets du pays. La marche seule, la mange correctement comme il le veut. Je pense que Choguel K. MAIGA va commencer le travail du plutôt possible dès l’accord de son médecin », at-il rassuré.
Concernant le statut militaire, Abdel Kader MAIGA du M5-RFP a constaté que la militarisation de la police et de la protection civile était nécessaire, au regard de la situation sécuritaire du pays. L’a rappelé que cette disposition était une des recommandations des Assises nationales de la refondation (ANR) tenues en décembre 2021.
« Nous avons vu des fichiers sur demandeurs, il y avait des morts qui touchaient des perdiems. Nous avions vu au niveau de l’Education nationale où il y avait des gens qui n’ont jamais existé et qui touchaient deux à trois salaires. Des gens qui fument les salaires d’autres personnes, parce qu’ils sont mutés. Toute chose qui prouve à suffisance qu’il y a trop de désordre dans le Pays », at-il dénoncé.
Aux dires d’Abdel Kader MAIGA, dans les recommandations des ANR, il avait été dit d’attribuer au Président de la République, pour le besoin de la lutte contre le terrorisme, la sécurité et la défense du territoire, décret de mobilisation des paramilitaires forces de défense du pays. Selon lui, il fallait donc matérialiser cette disposition par la militarisation de la police et de la protection civile soit une action qui va dans ce sens.
Cependant, Abdel Kader MAIGA a rappelé que l’idée de la militarisation de la police n’était pas commencée aujourd’hui dans notre pays. Il a soutenu que la police avait passé par plusieurs phases. Pour preuve !
Le militant du M5-RFP a révélé que dans les années 1960, la police était semi militarisée.
Ensuite, les autorités nationales ont donné à la police le statut militaire, vers 1973. Ainsi, quelques années plus tard, explique-t-il, les événements de mars 1991 ont fait que la police avait été démilitarisée.
Toutefois, Abdel Kader MAIGA a soutenu que sur la proposition des Maliens lors des Assises nationales de la refondation tenues en 2021, les autorités nationales décident aujourd’hui de revenir encore sur la militarisation de la police et de la protection civile.
Parce que, dit-il, le Pays traverse des moments très difficiles, ce qui fait que la militarisation de la police est une nécessité, at-il précisé.
De son analyse de la situation globale dans nos pays et dans la région du Sahel, le ressort que le Mali fait l’objet de plusieurs complots sur le plan international.
En revanche, le conférencier a expliqué que le chantier de la réforme du pays évoluait. Il a illustré son propos par la mise en place de la Commission de rédaction de la nouvelle Constitution qui, d’ailleurs, vient de remettre son Rapport au Chef de l’Etat, Assimi GOITA, ce mardi 11 octobre 2022. A cela s’ ajoute la militarisation de la police et de la protection civile.
« Tout concela prouve que la Refondation est véritablement en marche ; ma le problème qui se pose, c’est que le changement n’est pas encore en train d’emboiter le pas », à reconnu Abdel Kader MAIGA du M5-RFP.
Cependant, il a été expliqué qu’il y avait une grande différence entre la Refondation du Mali et le changement que les Maliens attendaient. Dans son propos, Abdel Kader MAIGA a expliqué que le changement du Mali est lié en premier, l’Homme malien. Selon lui, les Maliens doivent oublier certaines pratiques afin de changer le pays.

Par SABA DANSE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *