Aller au contenu

Le fleuve NIGER en danger Le Réseau National des Journalistes et Communicateurs pour l’Environnement et le Développement Durable tire sur la sonnette d’alarme

À l’occasion de la Journée Internationale d’action contre les barrages et pour les rivières, l’eau et la vie, désignée le 14 mars de chaque année, le Réseau National des Journalistes et Communicateurs pour l’Environnement et le Développement Durable ( RNJCEDD) à animée une conférence de presse à la Maison des jeunes de Bamako. Lors de la rencontre, les responsables du Réseau ont alerté sur les dangers qui guettent le fleuve Niger et ont déploré les impacts négatifs du barrage de Sélingué.

Le constat est alarmant ! Long de 4 200 kilomètres, faisant de lui le plus grand fleuve d’Afrique de l’Ouest, le Niger, qui traverse notre pays sur 1 700 kilomètres, se meurt à petit feu. La pollution multiforme, l’ensablement, l’occupation anarchique et illégale des berges du fleuve sont, entre autres, des facteurs menaçants cette précieuse ressource.

C’est au regard de cette situation préoccupante que Le Réseau National des Journalistes et Communicateurs pour l’Environnement et le Développement Durable (RNJCEDD) a, une fois de plus, tiré sur la sonnette d’alarme, demandant une plus grande réaction des autorités du pays.

Dans son intervention, le président du RNJCEDD, Cheick Amadou Dia, a indiqué que la protection de l’environnement est un devoir pour tous les citoyens et qu’il est grand temps de prendre au sérieux la menace qui plane sur le fleuve Niger. »Nos cours d’eau sont dans une situation catastrophique. L’eau du fleuve que nous consommons est infestée de toute sorte de pollutions. Le dragage, qui est une pratique nuisible pour les espèces aquatiques, est monnaie courante et s’opère jusqu’aux portes de Bamako », à-il regretté.

Appuyant ces propos, le Vice-président du Réseau, Ibrahima Dionkoloni Coulibaly dira que cette Journée internationale est une occasion d’appuyer la sensibilisation à travers la diffusion de bonnes informations. Pour lui, le Réseau ne ménagera aucun effort pour la protection de l’environnement et du cours d’eau, en particulier, soit au cœur des actions gouvernementales.

Le barrage de Sélingué, ‘‘un désastre écologique’

Instituée depuis 1997, la Journée du 14 mars est également une occasion de mener des réflexions sur l’utilité et l’impact des barrages hydrauliques. A cet attendu, le Réseau National des Journalistes et Communicateurs pour l’Environnement et le Développement Durable est interrogé sur la nécessité de maintenir en l’état le barrage de Sélingué, ici « Ne femmes pas les résultats révélés ». Érigé depuis 1976, »Le barrage hydroélectrique de Sélingué peine à satisfaire les besoins d’eau et d’électricité. Les pêcheurs et les agriculteurs à Sélingué sont restés dans la précarité malgré l’apport de ce barrage. C’est pourquoi nos autorités devraient envisager le démantèlement de cette infrastructure, qui obstrue le cours normal du fleuve et impacte négativement sur la vie des espèces aquatiques », at-il interpellé.

Moussa B. Sidibe

Source : L’Indépendant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *