Le chiffon brûle depuis longtemps entre les membres du Syndicat des Transporteurs Routiers Urbains et Inter-Urbains (SYNTRUI), du bureau Djicoroni-Para, et les membres de la Coopérative de Transporteurs Routiers (CTR), voisine du premier, autour de la gestion d’un parking. Les membres de SUNTRUI ont organisé une conférence de presse le week-end dernier pour informer l’opinion nationale sur la mauvaise gestion des parkings de la gare routière de Djicoroni par la Direction interurbaine de régularisation des transports (DRTU). occupants.

Devant les médias, le Chef de Ligne SUNTRUI, Fodé Keïta, a expliqué que la DRTU est un service rattaché à la Mairie du District de Bamako, chargée de gérer les parkings des gares routières. Ce sont les dirigeants de cette institution qui sèment la discorde parmi les occupants du terminal Djicoroni-Para, a-t-il déclaré. Expliquant que, depuis quelque temps, les membres de la CTR (qui sont burkinabé sans voiture), avec qui il existe un contrat commun avec la mairie sur la gestion d’un parking, tentent depuis plusieurs années de rompre avec le accord pour demander le partage de l’espace. A cet égard, ils se sont rapprochés du chef de division de la DRTU, M. Bakayoko, qui leur a finalement donné un contrat il y a deux mois par le biais de  » paiement d’un certain montant« Alors que plusieurs phrases nous ont donné raison, a-t-il dénoncé.

Fodé Keïta de déclarer que SYNTRUI dispose de quatre places de parking à l’aérogare, qui paye des taxes, depuis plus de 20 ans, n’a aucun problème avec la DRTU.

 » Alors pourquoi ce service essaie-t-il de nous exproprier au profit de la DTR ? « , s’est-il demandé. Par ailleurs, il a souligné qu’ils disposent de plus de 100 véhicules dont certains viennent de Guinée, alors que le parking qui leur est réservé est réduit. Les membres de la CTR sont des commerçants qui n’ont pas de véhicules, souvent  » ils nous incitent à charger certains de nos véhicules depuis la Guinée », a-t-il dénigré. Tout ce qui pourrait provoquer un accident grave dans les jours à venir. Il a ensuite appelé les autorités judiciaires à accélérer le processus de jugement afin de départager les deux, avant qu’un drame ne survienne, a-t-il conclu.

Falé COULIBALY

Source : L’Indépendant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *