Aller au contenu

Les médecins du monde belge décident de reprendre leurs activités – Info-Matin

Après l’annonce de la suspension de ses activités sur le financement français, l’ONG Médecins du Monde Belgique veut poursuivre ses autres activités dans la région de Gao ; en faveur des populations vulnérables touchées par la crise sécuritaire depuis des années.

Dans une lettre adressée au gouvernement de la transition le 25 novembre 2022, Médecin du Monde Belgique a informé les autorités de notre pays que leurs activités humaines se poursuivront avec les petits qu’elles s’occuperont, sans la part de financement de la France.
« Faisant suite au communiqué N°042 du Gouvernement de la Transition, Médecins du Monde Belgique au Mali a procédé depuis le 22 novembre 2022 à la suspension temporaire et immédiate de ses activités dans la région par mesure conservatoire vu que nous avons bénéficié d’un financement français », a annoncé ladite correspondance.
Par la même occasion, elle rassure le gouvernement malien de respecter sa décision de suspendre tout financement français.
« Nous avons procédé rapidement à l’arrêt de ce financement, et maintenant Médecin du Monde Belgique au Mali n’a plus d’activités financées par la France. Par ce courrier nous venons annoncer notre volonté de reprendre les activités qui sont couvertes par d’autres financements sous réserve de votre accord », rappelle ainsi la lettre.
Par ailleurs, les responsables Médecins du Monde Belgique ont remercié d’avance les plus hautes autorités de la transition pour toute l’attention qu’elles accorderont à ce courrier.
Présente depuis 2002 au Mali, l’ONG Médecins du Monde Belgique contribue au renforcement des six piliers du système de santé en sollicitant les structures de santé de la région de Gao pour améliorer l’accès à des soins de santé gratuits et de qualité pour la population.
Cela passe notamment par l’approvisionnement en médicaments et consommables médicaux, l’appui logistique et financier, le renforcement de capacité des acteurs des structures de santé, l’appui à la vaccination, le soutien des évacuations sanitaires ou encore l’appui aux urgences et le renforcement de la collection des femmes médecins.
« Dans l’attente de votre retour, nous réaffirmons notre engagement à être auprès et avec les communautés de la région », précise la correspondance.
Selon le gouvernement de la transition, la décision de la suspension de toute activité humanitaire sur financement français au Mali a été prise sur le prince de réciprocité ; en réponse à la décision des autorités françaises de suspendre leur aide au développement du Mali.
Mais, de l’avis de certains observateurs, cette décision risque de plonger notre pays dans une autre crise humanitaire qui ne dit pas son nom.
Selon l’ONU, 7,5 millions de Maliens, sur une population de quelque 20 millions de personnes, ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence, fournie souvent jusqu’ici par des ONG internationales, allant des médicaments à la nourriture.
De son côté, le mercredi 23 novembre 2022 Paris a demandé aux ONG françaises de se conformer à la décision des autorités de transition maliennes » qu’elle trouve regrettable, rappelant que « le Mali et sa population ont amélioré chaque année depuis 2013 de plus de 100 millions d’euros d’aide» française au développement.
De nombreuses ONG opérant au Mali sont basées en France et reçoivent des financements, comme Première Urgence internationale (PUI), Humanité & Inclusion (HI), ou Solidarité internationale.
Le Premier ministre par intérim, le colonel Abdoulaye MAÏGA, avait justifié cette décision par la suspension récente par la France de son aide publique au développement à destination du Mali. Paris avait signalé, pour expliquer sa décision, le recours par le Mali au groupe paramilitaire russe Wagner, ce que Bamako a toujours démenti.

PAR CHRISTELLE KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *