Il l’avait dit. « Je retourne dans ma mosquée, mais elle fait partie du Mali. Après une période de grand silence, l’imam Mahmoud Dicko a décidé de s’adresser au peuple malien, aux autorités et à la communauté internationale. Ce dimanche, il parlera du complot international déjà mené contre le Mali.

C’est ce dimanche 28 novembre 2021 que l’Imam Mahmoud Dicko a choisi de faire des bénédictions pour le Mali. Une lecture du Coran qui sera sanctionnée par une conférence de presse. L’Imam en profitera pour prononcer un discours historique qui touchera tous les secteurs de la gestion des entreprises au Mali.

Dicko s’attaquera d’abord au complot international en cours contre le Mali. Une action soigneusement préparée par la France car elle n’arrive toujours pas à digérer les attaques frontales dont elle a été la cible par les autorités maliennes. Surtout, il ne soutient pas l’accusation du Premier ministre, le Dr Choguel Kokalla Maïga, selon laquelle il aurait fui le Mali en pleine fuite. Enfin, il s’oppose farouchement, avec ses pairs, au projet du sommet de la transition de dépasser le délai fixé par la charte.

« Ce que la communauté internationale sur instruction de la France prépare contre le Mali est très grave. Nos autorités auront du mal à résister au complot. Pour cette raison, l’imam veut agir comme un avertissement, mais aussi comme un bouclier contre la tempête qui se dirige vers les dirigeants du pays qu’il considère comme ses enfants. » Confie une source proche de l’Imam.

Le deuxième paragraphe du discours de l’Imam s’articulera autour de l’animosité qui pollue aujourd’hui les relations humaines. Les Maliens ne s’aiment plus et n’ont aucun sens du patriotisme pour la défense de leur patrie. Tout est une question de positionnement et il y a toujours deux clans : opposition-majorité. Il n’y a pas d’esprit critique acceptable et quiconque ose le faire est traité comme un apatride. Celui qui est avec le roi du jour voit tout en rose. Ils ne conseillent jamais, mais ne félicitent toujours que pour leur misère.

« Le Mali a atteint un niveau de comportement inacceptable. Nous ne pouvons plus le lui reprocher. On ne peut plus donner de bons conseils. Quiconque tente l’expérience verra l’éclair des chiens de garde des autorités tomber sur vous. Ils n’ont aucune éducation, aucune politesse et se moquent des principes qui ont toujours caractérisé le Malien : respect des personnes âgées, courtoisie à s’exprimer devant un interlocuteur. Cela ne peut donc pas continuer. L’Imam en a été victime à plusieurs reprises et le dernier acte en ce sens ne date que de lundi dernier. Ils ont monté une vidéo grotesque et écrit des mensonges sur les réseaux sociaux dans le seul but de ternir l’imam et de révolter les citoyens pour empêcher son événement dimanche prochain. », déplore notre interlocuteur qui a préféré garder l’anonymat.

Au troisième point, l’Imam dira quelques vérités à ses enfants qui ont la gestion du pays en main. Il s’agit du colonel Assimi Goita et de ses camarades militaires de l’ex-CNSP. Il se passe beaucoup de choses, ils ne savent pas où ils sont induits en erreur par une classe de gens qui les entourent mais qui sont plus que des ennemis du pays.

« Dicko dira aux colonels de se méfier du mensonge de l’État parce que ses conséquences sont désastreuses. Les soi-disant partisans mentent aux gens en cachant certaines vérités. Ce sont des pratiques à proscrire car ce sont les véritables motivations de notre révolte et de notre soulèvement contre le régime IBK. Ces gens cultivent la haine entre les enfants d’un même pays. Tout faire pour élargir la distance entre Assimi et les personnalités qui souhaitent lui dire les choses avec la plus grande sincérité. Je m’arrête ici. En tout cas, la libération de l’Imam ce dimanche entrera dans les annales de l’histoire. Il ne s’opposera jamais au pouvoir, mais donnera des conseils et des avertissements pour redresser la trajectoire de la transition dans le temps. », conclut-il contre l’interlocuteur.

Boubacar Yalkoué

Source : LE PAYS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *