Aller au contenu

Mali déplore l’approche générale d’une relation pleine de problèmes.

En réponse à ce tableau sombre décrit par l’expert indépendant de l’ONU, le Mali a déploré l’approche générale du rapport qui est essentiellement lourde. Pour Bamako, M. Tine ne prend pas en compte les nombreux efforts consentis par le gouvernement et les progrès significatifs réalisés dans le domaine de la sécurité, de la protection et de la promotion des droits de l’homme.

A cet égard, l’expert indépendant reconnaît la diminution des cas de violations des droits de l’homme, signe de l’amélioration continue de la situation sécuritaire, a déclaré Mamoudou Kassogu, ministre malien de la justice et des droits de l’homme, regrettant que M. Tine n’ait pas pris en compte les éléments factuels et objectifs communiqués par le gouvernement malien.

En particulier, l’Expert Indépendant a fait référence à une contestation persistante de l’expédition. A cet égard, il a rappelé que les autorités maliennes ont pris plusieurs mesures pour lutter contre l’impunité, dans le cadre de leur politique de tolérance zéro à l’égard des abus.

Dans ce contexte, Bamako regrette vivement que le rapport laisse entendre un manque de volonté politique ou une incapacité de l’Etat à poursuivre les crimes. Poursuivant dans cette voie, les autorités de transition sont déterminées à mettre fin à l’impunité, comme en témoigne l’organisation de plusieurs sessions de procès spéciaux en 2021, 2022 et 2023 pour juger des cas de violations graves des droits de l’homme, a noté le Garde des Sceaux, précisant que l’engagement résolu du gouvernement à poursuivre et à punir les auteurs de violations des droits de l’homme est inébranlable.

NOTE
Les experts indépendants et les rapporteurs spéciaux font partie des procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme. Les procédures spéciales, le plus grand groupe d’experts indépendants du système des droits de l’homme des Nations Unies, est le nom général donné aux mécanismes indépendants d’enquête et de surveillance du Conseil qui traitent de situations spécifiques à un pays ou de questions thématiques dans toutes les régions du monde. Les experts des procédures spéciales travaillent sur une base volontaire ; ils ne font pas partie du personnel des Nations unies et ne reçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou organisation et signent en tant qu’individus.

Source de l’ONU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *