Le Mali dit non la Cedeao de la France, le retrait pur et simple du Mali de la Cedeao et de Uemoa, la création de la monnaie nationale, Non au renouvellement du mandat de la Minusma ou encore la fermeture de toutes les entreprises et sociétés françaises au Mali.


Tels étaient entre autres slogans scands par la foule de manifestants venus répondre à l’appel au rassemblement patriotique pour la libération du Mali organis ce vendredi 1er avril 2022, par le Collectif pour la défense des militaires (CDM), la place lgendaire du monument de l’indépendance .
Les réunions ici ont mobilisé plusieurs centaines de personnes de tous les ges, vu la participation de nombreuses associations, syndicats et regroupements de la société civile partageant les mêmes idées que le CDM. Le sagit entre autre du Mouvement du 5 Juin rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), de Yrwolo Debout sur les remparts, de l’Association Anw Bklo Ni Demb 頻, etc.
Dans un brouhaha presquassourdissant de vuvuzelas, des manifestants brandissaient le drapeau de la Russie en entreprises des couleurs nationales du Mali, en scandant des propos hostiles la Cedeao, la France et la Minusma.
Au pupitre, les représentants des différents mouvements se sont succédé tour de rôle, pour fustiger l’ingérence de la France, la Cedeao et l’Uemoa dans les affaires intérieures du Mali. Avant de protester avec violence contre les sanctions illégales et injustes de ces organisations régionales contre notre pays. Au cours de la rencontre les organisateurs ont adressé une lettre ouverte au président de la Transition dont le contenu est livré sur place par Mahamad Oumar Dembl. Dans cette déclaration, le Collectif sous certaines dolances au chef de l’état, le colonel Assimi Gota au nombre renfermait l’arrrt immdiat des missions de la Cedeao dans notre pays, le retrait pur et simple du Mali de la Cedeao.
D’autres revendications contenues dans la lettre ouverte portent la création de la monnaie nationale symbole de souverainet, lafermeture puis la nationalisation de toutes les entreprises et sociétés françaises au Mali.
En outre, le fureur des organisateurs de la mobilisation sera là en ci-bon chemin. Ils entendent sinterposer au renouvellement du mandat de la Minusmaet intimant les autorités de la Transition une révision intelligente de l’Accord d’Alger. Ainsi, tout en réaffirmant leur soutien infectible aux recommandations des Assises nationales de la Refondation, les responsables du CDM ont proposé une durée plafond de cinq ans, pour la prorogation de Transition.
la fin du rassemblement, une commission dirige par le représentant du M5-RFP, Jeamille Bittar à dsigne pour aller remettre la lettre au Premier ministre Choguel Kokalla Maga la Primature.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.