Aller au contenu

Mali : le musicien Salif Keïta démissionne de l’organe politique (officiel)

La star de la musique malienne Salif Keïta a démissionné de l’assemblée mise en place par les militaires au pouvoir depuis 2020 pour servir d’organe législatif, a annoncé l’assemblée mardi.

« Je vous présente ma démission à compter du 31 juillet 2023 en tant que membre du Conseil national de transition pour des raisons purement personnelles », peut-on lire dans un message attribué à Salif Keïta et lu par un responsable en séance publique.

« Je resterai toujours l’ami incontesté des militaires de mon pays », peut-on lire dans ce court texte qui ne donne aucun détail sur les raisons personnelles invoquées.

Grand nom de l’afropop et de la world music, Salif Keïta, 73 ans, est aussi connu pour son engagement politique et, depuis l’avènement des colonels à la suite d’un putsch en 2020, pour son soutien à la junte.

Il a accepté de siéger au Conseil national de transition, mis en place par la junte en 2020 comme organe législatif pour la période dite de transition, qui doit précéder le retour au pouvoir civil.

Keïta a publiquement exprimé son soutien au discours de souveraineté de la junte. Il y a quelques mois, il a ouvertement appelé au départ de la mission de maintien de la paix de l’ONU (Minusma), qui a depuis été officiellement annoncé par le Conseil de sécurité de l’ONU.

Depuis 2012, le Mali est en proie à une profonde crise sécuritaire qui a débuté dans le nord et s’est étendue au centre du pays, ainsi qu’aux pays voisins, le Burkina Faso et le Niger.

kt-sjd-lal/mba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *