Aller au contenu

Mali-Minusma : Le divorce de la raison est-il enfin consommé ?

Casques bleus égyptiens en service à Minusma, Mopti, en 2019. Harandane Dicko/United Nations Photo.
On peut désormais dire que l’État malien s’est égaré dans le gâchis qu’il a fait avec la MINUSMA au cours de la dernière décennie, notamment avec la déclaration faite le vendredi 16 juin 2023 au Conseil de sécurité de l’ONU par le chef de la diplomatie, Abdoulaye Diop, qui a demandé le retrait immédiat de la mission onusienne du territoire malien, alors qu’on lui reproche de ne pas avoir su répondre au défi sécuritaire.

En effet, malgré les échanges désagréables d’hostilité entre le Mali et la Mission de l’ONU au Mali (MINUSMA) ces derniers temps, nous restons quelque peu surpris par la déclaration optimiste de notre ministre des Affaires étrangères, surtout à la lumière des prédictions visiblement biaisées de certains leaders politiques qui voient un renouvellement du mandat le 29 juin, date à laquelle les membres du Conseil de sécurité de l’ONU devront voter sur le renouvellement ou non du mandat de la Mission de l’ONU au Mali.

De plus, cette déclaration intervient à un moment particulier, où sa mise en œuvre finalisera judicieusement le référendum constitutionnel, qui devrait être la base de la souveraineté nationale. Le départ définitif de la mission de l’ONU, après celui de l’opération Barakhane, ne peut être qu’un choix stratégique payant.

Sur un autre plan, si une partie considérable de la population considère encore la Minusma comme utile, force est de constater que ce divorce semble justifié au vu de l’échec patent du mandat de la mission et de la présomption qu’elle est devenue un instrument de légitimation, se transformant aux yeux de l’opinion publique en une partie du problème sécuritaire plutôt qu’en sa solution.

En somme, s’il est bien connu que la confiance et le respect mutuels sont mis à mal dans le type de coopération bilatérale qui unit actuellement le Mali et la MINUSMA, nombreux sont ceux qui doutent encore de la pertinence de ce divorce naissant.

Seydou Diakit

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *