La justice malienne a inculpé jeudi six personnalités civiles, dont un ancien Premier ministre et animateur de radio populaire, et en a emprisonné cinq pour prétendue tentative de coup d’État selon leurs avocats, quatre mois et demi après le dernier coup d’État dans le pays. en guerre.

Cette affaire, dévoilée en décembre avec une série d’interpellations menée par la Direction générale des services de l’État (DGSE, renseignement malien), reste entourée de mystère. Elle a suscité une grande perplexité, compte tenu de la personnalité de l’accusé et du caractère étonnant d’une éventuelle tentative de déstabilisation, alors que les militaires ont pris le pouvoir depuis le coup d’État qui a renversé le président Ibrahim Boubacar Keïta le 18 août.

Le procureur de Bamako a annoncé dans un communiqué jeudi l’ouverture d’une information judiciaire contre six personnalités, dont le dernier Premier ministre avant le coup d’État d’août, Boubou Cissé, pour « complot contre le gouvernement, complot, délit contre la personne du chef de l’Etat. et de complicité ».

Le juge a délivré leur mandat d’arrêt, à l’exception de Boubou Cissé, qui « est resté introuvable » selon l’acte d’accusation. On suppose que M. Cissé est toujours à Bamako.

L’accusation évoque des faits allégués d’« atteinte à la sécurité intérieure de l’État », « des indices sérieux et concordants » de l’existence d’une « entreprise criminelle » et « des actes de sabotage » contre les initiatives prises par les autorités de transition mises en place par le militaires après leur putsch.

L’accusation s’abstient de parler de coup d’État, mais c’est bien « pour des actes (présumés) de tentative de coup d’État » que les accusés ont été mis en examen, a déclaré le collectif d’avocats qui les défendent dans un communiqué.

Outre Boubou Cissé, la justice a incarcéré Mohamed Youssouf Bathily, dit « Ras Bath », militant, polémiste et animateur de radio avec de nombreux sympathisants ; Vital Robert Diop, PDG du Pari Mutuel Urbain (PMU, organisation de paris hippiques et de jeux d’argent) ; Aguibou Tall, gérant d’une agence d’accès aux télécommunications, demi-frère de Boubou Cissé ; et deux cadres supérieurs du trésor public (finances de l’État), Mamadou Koné et Souleymane Kansaye.

– Désillusion –

Autre personnage dans la ligne de mire : Sékou Traoré, secrétaire général de la présidence de la République. Arrêté aussi, il avait été relâché, mais il n’est pas hors de danger. Compte tenu de son statut de magistrat et d’un grade équivalent à celui de ministre, les éléments le concernant ont été transmis au procureur général près la Cour suprême, a précisé le parquet.

Aucun détail spécifique n’a été fourni sur les allégations. Le parquet invoque en termes vagues des « contacts suspects » entre certains prévenus, voire des déplacements suspects dans le pays ou encore la possibilité de liens avec « des organisations et des personnalités influentes du monde des médias (…) pour les besoins de l’entreprise criminelle envisagée. « .

Dans un communiqué, des organisations représentant la presse ont déclaré qu’elles considéraient ces propos comme une tentative « d’intimider » les autorités qui laisseraient entendre que certains journalistes étaient recherchés.

« Tous les accusés sont des personnalités civiles sans lien établi avec aucun militaire », a noté le groupe d’avocats. Il a dénoncé les pratiques observées « depuis un certain temps » par la DGSE.

Cette affaire intervient à un moment de profonde incertitude, dans un pays plongé dans une crise politique et sécuritaire depuis des années et qui, entre autres grands défis, doit faire face à la propagation djihadiste. Après le quatrième coup d’État depuis l’indépendance en août, l’armée a mis en place des organes de transition qu’elle contrôle étroitement mais qui devraient céder la place à des civils élus après 18 mois.

L’accueil initialement favorable réservé aux putschistes après des mois d’exaspération et de protestation a progressivement laissé place au désenchantement face à la militarisation sincère de la transition et à la lenteur des résultats.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *