De jeunes manifestants maliens ont bloqué jeudi un convoi militaire français de l’opération Barkhane dans la ville d’Ansongo, dans le nord du Mali, selon une source sécuritaire citée par l’agence Anadolu.

Décidément, l’armée française ne va plus bien au Mali. Elle est régulièrement huée par des Maliens qui la croient de mèche avec des terroristes, ce qui est contraire à sa mission au Mali. Après une série de blocages de plusieurs jours au Burkina Faso, notamment à Kaya et Tra au Niger, où au moins 3 manifestants ont été tués, le convoi de l’armée française a été bloqué au Mali.

Le blocus a eu lieu jeudi, dans la localité d’Ansongo au nord du Mali, par de jeunes manifestants, alors que le convoi militaire français de Barkhane avait quitté la base militaire de Gao en direction de Mnaka. Le convoi de Gao était en route vers Mnaka lorsqu’il a coïncidé avec de jeunes manifestants chantant bas la France, bas Barkhane, vive la coopération Mali-Russie, a indiqué un ancien élu local joint par l’Agence Anadolu par téléphone.

Pour les manifestants, la France n’est pas venue au Mali pour combattre le terrorisme. Il est là pour piller et armer les forces du mal. Nous savons désormais que l’opération Barkhane n’est pas là pour nous protéger, mais pour déstabiliser notre sous-région. C’est pour cette raison que nous avons décidé de lui barrer la route », a déclaré Ibrahim Sadou, porte-parole du conseil municipal de la jeunesse d’Ansongo.

Selon la source, les soldats français de Barkhane ont changé de cap en empruntant la route de Bazihaoussa après plusieurs négociations. Ce nouvel affrontement entre manifestants maliens et armée française s’inscrit dans un contexte de fortes tensions diplomatiques marquées par l’histoire du groupe Wagner et par la volonté des autorités de transition dans les positions de Bamako de revoir les accords militaires signés avec Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.