Le ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, Modibo Koné, a informé, mercredi 12 mai, le Conseil des ministres des circonstances de la mort de la faune aquatique dans la région de Bougouni. Le s’agit de la présence de cadavres d’animaux dans le marigot « Diarratou », dans le village de Morila.
D’après le communiqué du conseil des ministres, une mission a été dépêchée sur les lieux par le gouverneur de Bougouni, le général Kéba Sangaré. Elle a constaté sur place les cadavres de 4 crocodiles sans tête, « l’état de putréfaction très avancé des animaux morts, des signes de braconnage sur les crocodiles ». Avant la disponibilité des résultats des analyses d’eau en cours par le laboratoire national des Eaux, un comité de suivi a été mis en place par les Autorités administratives pour veiller au respect des recommandations requises. Le s’agit, entre autres, de l’arrêt de déversement de l’eau de la carrière principale, du renforcement de la surveillance le long du canal d’évacuation de l’eau de la carrière jusqu’à la rivière Bagoe, de l’analyse mensuelle des paramètres physico-chimiques de l’eau du canal jusqu’à la rivière Bagoe. Ainsi, le gouvernement rassure les populations que les enquêtes sont en cours pour identifier l’origine de la mort des 4 crocodiles. Il faut rappeler que cette décision est salutaire dans la mesure où des espèces sont menacées au Mali.
Pour rappel, le 5è rapport national sur la mise en œuvre de la convention sur la diversité biologique rapport que la faune compte 136 espèces de mammifères, dont 70 sont de grands mammifères, au moins 640 espèces d’oiseaux sont connues, dont 15 sont limitées comme rares, de reptiles constitués de tortues, de Pythons et des Crocodyles, d’amphibiens comme Schontedenalla mille tihorsini et Bufo chadeani et de 10 espèces de poissons. Ces espèces sont répertoriées pour l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) dans la réserve de biosphère de la boucle du Baoulé. Selon l’UICN, les espèces d’oiseaux menacées sont la grande outarde, la pintade commune, le francolin commun (Wolo), le canard sauvage, la grue couronnée (N’Kauman), le marabout (Djumè). Les deux espèces en voie de disparition sont : l’autruche et le pélican, nous apprenons le Journal Scientifique et Technique du Mali (JSTM).

OB

Source : L’Indépendant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.