Aller au contenu

Médecins du Monde-Belgique suspend ses activités à Gao, Bourem et Tindermène

Dans une note envoyée, mardi 22 novembre 2022, aux présidents du Collège transitoire de Gao, Bourem et Tindermène (cercle de Ménaka), le Coordinateur général de Médecins du Monde-Belgique au Mali, annonce la « suspension immédiate » de leurs activités. Une décision qui fait suite aux cellules des Autorités de la Transition malienne « d’interdire, avec effet immédiat, toutes les activités appropriées par les ONG ».

La tension entre Bamako et Paris monte et impacte les missions d’assistance humanitaire au Mali. Un pays qui traverse une crise multidimensionnelle, depuis 2012, où 7,5 millions de personnes sont dans le besoin d’assistance humanitaire, cette année, selon l’ONU.

Après la décision de Paris de suspendre son Aide Publique au Développement en faveur du Mali, suivie decelle des Autorités de la Transition malienne » à interdire, avec effet immédiat, toutes les activités appropriées par les ONG « , l’ONG Médecins du Monde-Belgique a suspendu toutes ses activités dans trois localités du Nord du pays. Il s’agit de Gao, Bourem et Tindermène, situés dans le cercle de Ménaka.

« Faisant suite au communiqué N° 042 du Gouvernement de la Transition, décident d’interdire, avec effet immédiat, toutes les activités autorisées par les ONG opérant au Mali sur financement ou avec l’appui matériel ou technique de la France, y compris dans le domaine humanitaire, nous, Médecins du Monde-Belgique au Mali procédons à la suspension immédiate de nos activités », indique la lettre du Coordinateur général de Médecin du Monde-Belgique au Mali, Giuseppe Raffa.

Hier, le Conseil des ministres a adopté un projet de décret portant ‘interdiction des activités de certaines associations et fondations » sur le territoire malien. La précision que la mesure concerne également les associations nationales ordinaires, les associations signataires d’accord-cadre avec l’Etat, que les associations étrangères et les fondations. Le Gouvernement s’engage à évaluer au niveau interministériel et au niveau des Gouverneurs de Région et du District de Bamako les effets de la décision sur les populations, afin de prendre les dispositions nécessaires pour les accompagner.

A l’annonce de Paris de suspendre son Aide Publique au Développement, un collectif d’ONG françaises a contesté la décision, indiquant qu’elle remettra en cause près de 70 projets de développement au Mali.

Prolongation MBS

Source : l’Indépendant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *