Aller au contenu

News, Infos, News – Sécurité alimentaire et nutritionnelle : les acteurs peaufinent le plan de riposte – Actualités, Infos, News

La 17ème session du comité de coordination et de suivi des politiques et programmes de sécurité alimentaire s’est tenue hier jeudi à l’Escale Gourmande. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Commissaire Adjoint de la Commission de Sécurité Alimentaire, DICKO Bastan DIARRA ; en présence de la représentante du Programme Alimentaire Mondial, Sally HAYDOCK, et de divers acteurs impliqués dans le domaine de la sécurité alimentaire.

Cette session a été l’occasion d’examiner, entre autres : l’état de mise en œuvre des recommandations de la 16ème Session du Comité ; les résultats de l’évaluation provisoire de la situation alimentaire réalisée par le Système d’Alerte Précoce, à travers le Cadre Harmonisé, à la fin de la campagne agricole 2021-2022 ; le rapport sur le Plan Opérationnel 2021 de la DNSA, notamment le programmation pour 2021 et son budget de mise en œuvre sur la base des résultats du Système National de Sécurité Alimentaire.

En outre, les participants ont partagé les résultats du Plan national de réponse à la sécurité alimentaire 2021 et de son programme intérimaire 2022 pour atténuer les difficultés identifiées avec les groupes vulnérables.

Dans son allocution, la représentante de TFP a déclaré que, comme d’autres pays du Sahel, le Mali est confronté à une crise multidimensionnelle due à la combinaison des conflits, du covid19 et du changement climatique.

« Le conflit a entraîné le déplacement de plus de 400 000 personnes et a un impact négatif sur les moyens de production de la population : accès réduit aux champs, vol de bétail », déplore le représentant du PAM.

Selon elle, les analyses satellites de 2019, 2020 et 2021 montrent une corrélation entre la dynamique de la réduction des terres arables par rapport à 2016-2017 et l’expansion de la précarité, notamment dans le centre. « La région de Mopti est la plus durement touchée en 2021 avec près d’un quart (23%) de ses localités connaissant une réduction de la surface agricole cultivée. A noter également que la campagne agricole 2021-2022 a été caractérisée par des épisodes de sécheresse qui ont touché plus d’un million de personnes.

Ces différents chocs ont considérablement aggravé le niveau d’insécurité alimentaire, avec des niveaux d’insécurité alimentaire aiguë des populations plus élevés qu’en 2013/2014 au début de la crise au Mali », a déclaré Sally HAYDOCK.

Il a rappelé que le cadre harmonisé de novembre dernier indiquait que près de 1,2 million de personnes étaient en situation d’insécurité alimentaire aiguë (d’octobre à décembre 2021), soit près de trois fois plus qu’à fin 2020.

Pour elle, si une réponse vigoureuse n’est pas apportée immédiatement, le nombre de personnes en insécurité alimentaire aiguë et nécessitant une aide d’urgence dépasserait 1,8 million de personnes lors de la prochaine période de soudure agricole, juin-juillet-août 2022.

« L’ampleur des besoins et la nécessité d’une réponse rapide au soudage nous obligent à conjuguer les efforts de tous les acteurs de la filière. Cette 17ème session nous offre un espace de dialogue entre l’Etat et ses partenaires pour discuter de divers sujets en vue de prendre des décisions stratégiques qui guideront les acteurs de la sécurité alimentaire et nutritionnelle », a déclaré le chef des partenaires impliqués dans la sécurité alimentaire et nutritionnelle. .

Il en a profité pour réitérer les remerciements de PTF aux autorités pour les moyens financiers que l’Etat entend engager pour répondre aux besoins d’assistance des personnes vulnérables.

Enfin, il a réitéré l’engagement des partenaires techniques et financiers à accompagner le gouvernement dans la lutte contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle.

Le Commissaire Adjoint de la Commission de Sécurité Alimentaire, DICKO Bastan DIARRA, a indiqué que, malgré la situation de crise exacerbée, la mise en œuvre du Plan Opérationnel et du Plan National de Réponse 2021 a enregistré des résultats très tangibles par rapport aux objectifs initiaux. Selon elle, plus de 99% de l’aide alimentaire a été réalisée, pour 32.994 tonnes de céréales distribuées gratuitement par l’Etat à 1.028.370 personnes.

« Ces personnes ont également bénéficié d’un complément apporté par les partenaires techniques et financiers à travers les membres du Cluster Sécurité Alimentaire (Agences des Nations Unies, PAM, FAO et une quarantaine d’ONG internationales et nationales). Toutes ces opérations ont été renforcées par d’autres activités d’appui pour renforcer les capacités de résilience des bénéficiaires », a indiqué le sous-commissaire.

Il a noté que le Commissaire à la sécurité sanitaire des aliments a fait face à d’énormes demandes de la part des populations déplacées à Bamako, au centre et dans d’autres régions, à la suite d’attaques terroristes ou de conflits intercommunautaires qui se sont produits à travers le pays.

Mme DICKO a regretté que la campagne agricole 2021-2022 ait été jugée très mitigée, allant de moyenne à très médiocre dans l’ensemble au niveau agro-sylvo-pastoral.

A cet effet, il informe que l’Evaluation Provisoire du Système d’Alerte Précoce, à travers le Cadre Harmonisé, a recensé 1.841.067 personnes ayant besoin d’une assistance alimentaire et nutritionnelle, auxquelles s’ajoutent 2.997.103 personnes qui ont besoin d’un appui pour restaurer leur capital productif. Activités dans le domaine agricole, horticulture, agriculture et pêche, restauration des actifs productifs et activités génératrices de revenus.

Nous comprenons que ce volume exceptionnel de réponses accrues pour cette année 2022 nécessite la mobilisation de 64 000 tonnes de céréales, dans un contexte compliqué pour l’Etat malien.

DE MODIBO KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *