Aller au contenu

Plus de 700 MILLIONS de FCFA en l’air entre le Ministre AG ILYNE et son DFM : le Mali-Kura promis aux Maliens n’est pas pour demain !


Le scandale est révélé par l’Agent Spécial du Ministre malien des Affaires Etrangères, via son collègue LEnquteur ! Au centre de cette mafia, le Directeur des Finances et du Matériel (DFM), Abdoulaye Ag Mohamed, sans doute avec la complicité affichée du Ministre Alhamdou Ag Ilyne lui-même, pour un préjudice financier pour les contribuables maliens de plus de 700 millions de francs CFA, sans que personne ne lève le petit doigt ! Voilà qui promet des lendemains qui chantent pour Mali-Kr, pardon Mali-Kura !

Le premier responsable de la Direction des finances et du matériel (DFM), Abdoulaye Ag Mohamed, aurait décaissé entre 2021 et 2022, au profit du directeur spécial Bourema Mamadou Diarra, plus de 700 millions de francs CFA au profit de son ministre et de certains membres du cabinet. Ces dépenses ont été engagées sans aucune pièce justificative ni décharge. Et comme à l’époque des régimes démocratiques que nous tentons de chasser, une grande partie des sommes prélevées n’est pas parvenue aux personnes qui auraient dû en bénéficier !
Pire, alors que le ministre Alhamdou Ag Ilyne est sur le dossier depuis deux mois, il n’y a ni feu ni fumée, comme le dit l’adage bambara. Selon le journaliste, pour sauver sa tête, Bourema Mamadou Diarra a décidé de saisir personnellement le ministre des Affaires étrangères et de l’Intégration africaine, par une lettre datée du 27 mars 2023, pour lui demander des documents justifiant les dépenses engagées en violation de toutes les règles de procédure en la matière. A ce jour, rien n’a été fait !

Les faits, selon Lenquteur
Incroyable mais vrai ! Au ministère des Affaires étrangères et de l’Intégration africaine, rien ne va plus entre la DFM et l’administrateur spécial. En cause, la gestion peu orthodoxe du chef de service des finances et de l’équipement, Abdoulaye Ag Mohamed, qui piétine les procédures d’engagement et de dépenses liées aux finances publiques. Dans sa mauvaise gestion, l’administrateur spécial est tombé dans son piège, si l’on en croit sa version des faits.
Profitant de l’urgence des dépenses en pleine période COVID-19, il a réussi à détourner 717 millions de francs CFA de l’administrateur spécial sans aucune justification. Agacé par cette pratique au sein du département, Bourma Mamadou Diarra demande à son patron, le DFM, des preuves des dépenses d’urgence. Abdoulaye Ag Mohamed l’a menacé de le démettre de ses fonctions s’il insistait. Sans perdre de temps, le directeur lui a ordonné de le faire, tout en exigeant qu’il lui remette les pièces justificatives de l’argent perdu. C’est au cours de ce bras de fer entre les deux super-financiers que le directeur mécontent a écrit au ministre Alhamdou Ag Ilyne pour les partager.

Lettre du Directeur Diarra au Ministre
J’ai l’honneur de m’adresser à vous avec beaucoup de respect pour vous informer de certaines situations très ambiguës dans mon département et pour solliciter votre implication personnelle afin de recevoir les décharges ou les recettes de certaines sommes perdues par M. DFM Abdoulaye Ag Mohamed à votre égard et à l’égard de tiers. Vous savez que la coopération et la communication entre le DFM et moi sont devenues très difficiles ces derniers temps, jusqu’à ce qu’il demande ma démission. Ceci étant, je suis obligé de clarifier ma gestion avant mon départ », a expliqué M. Diarra, avant de révéler au ministre que la quasi-totalité des montants retirés n’est pas parvenue aux autorités et que la DFM a catégoriquement refusé de remettre les pièces justificatives.

A titre d’exemple, il a indiqué au ministre qu’en octobre 2022, 13 millions ont été remis à un certain Kassim Diarra pour les départements de la Santé et du Budget. Or, après enquête, lesdits départements affirment ne pas avoir reçu cet argent.

5 millions de francs CFA pour l’achat du téléphone du ministre
Quant aux montants décaissés sans justification, attention ! Au moment où le chef du gouvernement crie sur tous les toits, demandant aux Maliens de se serrer la ceinture et de réduire le coût de la vie de l’Etat, voici l’énorme dépense faite pour le confort d’un ministre. En outre, le gouvernement a dépensé 15 millions de francs CFA pour l’achat d’un groupe électrogène et l’installation d’une caméra de surveillance au domicile du ministre. De plus, 5,7 millions ont été consacrés à l’achat d’un téléphone pour le ministre. En dehors des dépenses, des salaires et des indemnités, le ministre a dépensé à lui seul plus de 145 millions de francs CFA en quelques mois, selon le tableau des dépenses.
Plus de 225 millions de francs CFA ont été empochés pour accompagner le ministre dans sa mission à Gao et Mnaka les 27 juillet 2021 et 2 septembre 2021. Dans quel but ? Ces autres missions hors du pays au Sénégal, en Côte d’Ivoire, au Niger et en Espagne ont coûté au budget de l’État plus de 120 millions de francs CFA, selon la lettre. Au total, 349 millions de francs CFA ont été déboursés en quelques mois sans justification pour les missions du ministre, mais certains proches du ministre ne sont pas restés les mains vides.

En mai 2022, par exemple, la somme de 10 millions de francs CFA a été remise à un fonctionnaire ministériel du nom de Zahara. Pour les fêtes de fin d’année en décembre 2021, le cabinet du ministre a perdu jusqu’à 5 millions. Au total, le secrétaire d’Etat, le chef de cabinet et l’assistant DFM se sont partagés plus de 20 millions de francs CFA le 7 septembre 2021, selon l’administrateur spécial. Selon ce dernier, en plus de ces montants, il a remis plus de 183 millions à la DFM sans justification….

Mali-Kura, la lune promise aux Maliens, mythe ou réalité ?
La question se pose aujourd’hui avec acuité, les observateurs ayant du mal à faire la distinction entre le Mali-Kura, le Mali fabriqué et sucé jusqu’à la moelle des os par des démocrates et des républicains déchaînés qui ne s’intéressaient qu’à leurs intérêts sordides et à ceux de leurs proches et autres bourreaux, et le Mali-Kura rêvé par les nouveaux messies engagés dans un vaste chantier de rectification et de refondation, où théoriquement il n’y aurait plus de place pour la corruption, le népotisme, le copinage et le clientélisme !
Le Mali-Kura où le contre-interrogatoire devient un crime de majesté, où les budgets de certaines institutions sont augmentés sans qu’aucun argument valable ne soit avancé, où le Premier ministre a battu tous les records en matière de nomination de conseillers spéciaux et de chefs de mission et dont les missions à l’intérieur donnent aux badauds au titre ronflant de Premier ministre de se la couler douce sur le dos du contribuable malien, et où les scandales se succèdent mais ne se ressemblent pas

Le Mali-Kura où, au nom d’une prétendue résilience, les Maliens sont privés d’eau et d’électricité et subissent des amendes pour insuffisance de ressources de l’Etat, mais où un DFM peut, au nom et à la convenance de son Ministre, égrener plus de 700 millions de francs CFA sans aucune preuve à l’appui, Le Ministre n’a pas bougé le petit doigt et ni le Président de la Transition ni le Premier Ministre ne se sont préoccupés de cette situation, partageant la salle du Conseil des Ministres avec le Ministre concerné.
A quand le réveil ?

Par Moussa DIAARRA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *