Aller au contenu

Révision annuelle des listes électorales (RALE) : alerte du MODELE Mali sur le cas des nouveaux adultes

La Mission d’observation électorale du Mali (MODELE Mali) a tenu une conférence de presse le samedi 14 janvier 2022 à l’hôtel Maeva Palace pour présenter son rapport de synthèse nationale de l’observation de la révision annuelle des listes électorales (RALE) pour la période du 1er octobre au 31 décembre 2002.

Selon le Dr Ibrahima Sangho, ce rapport comprend le résumé général, les tableaux correctifs, les observations spécifiques, le plan politique, la situation sécuritaire, les défis logistiques et les recommandations.

Pour la synthèse générale, le chef de la mission MODELE Mali a ajouté que le RALE s’est tenu dans la plupart des communes, les 49 communes du Cercle et les 6 communes du district de Bamako, en présence de l’Autorité indépendante de gestion des élections (AIGE). Ceci est en contradiction avec l’article 57(2) de la loi électorale.

À la lumière des données contenues dans les tableaux de correction pour certaines zones, il a déclaré que l’opération RALE était défectueuse. En général, le RALE a été mis en œuvre malgré les défis liés à la transmission tardive des documents nécessaires dans certaines localités et à l’insécurité. En plus de ces défis, il y a eu un faible taux de participation des citoyens lors de la révision des listes électorales. Dans la région de Gao, les tableaux de rectification de certaines commissions administratives, telles que Bamba et Temera (cercle de Bourem), ne sont pas disponibles. Les nouveaux adultes ne sont pas pris en compte dans le cercle de Mnaka en raison de l’absence de la liste de validation. Le non-affichage des tableaux récapitulatifs a été observé au niveau des commissions administratives de Mnaka, a-t-il ajouté.

Selon lui, compte tenu des difficultés récurrentes rencontrées par les commissions administratives et la population pendant les périodes de RALE, il serait utile que l’administration, les partis politiques et la société civile réfléchissent à des changements sur cette question.

En ce qui concerne la scène politique, le Dr Sangho déclare que les activités politiques sont presque inexistantes dans toutes les régions couvertes par MODELE, principalement en raison du manque de communication sur la loi électorale et de la divulgation de la nouvelle loi électorale par les partis politiques. Le contraire est également vrai dans d’autres régions. Dans la région de Sikasso, des activités liées au processus électoral ont eu lieu dans le cercle de Sikasso, à savoir la diffusion de la loi électorale et du projet de Constitution par le Conseil national de transition auprès de l’administration locale et de la société civile. Dans la région de Mopti, on note l’organisation d’un tournoi de football URD Mopti et le lancement des activités du mouvement politique BENKAN Djenn. Dans la région de Tombouctou, des partis tels que CODEM, IUM-RDA, IASMA, IUDD, MPR, APR et YELEMA font beaucoup de bruit avec des structures qui changent de configuration selon les cercles (sections, sous-sections et comités), a-t-il dit.

Toujours sur le plan politique, il a déclaré que le débat au niveau des partis politiques et de la société civile est marqué par le projet de Constitution, notamment les dispositions sur les langues nationales et la liberté d’expression.

Abordant la situation sécuritaire, le chef de mission a noté que les forces de défense effectuent des passages sporadiques, suivis par ceux des groupes terroristes qui sont présents en permanence et disent vouloir se venger de la collaboration présumée de la population avec l’armée malienne. Il a également alerté les autorités de la propagation des groupes djihadistes radicaux et des vols à main armée commis par des personnes non identifiées sur diverses routes de la région de Kayes, ainsi que des problèmes entre les Peulhs et les chasseurs Donzo dans la région de Sgou,

Dans le contexte des défis logistiques, le Dr Sangho suggère que l’accès à certains endroits dans les régions de Kayes, Koulikoro, Sgou, Sikasso, Tombouctou et Kidal est très difficile en raison de routes et de mines impraticables. En ce qui concerne la couverture téléphonique, la plupart des capitales régionales et de district sont couvertes. Cependant, l’intérieur des districts est mal desservi, a-t-il ajouté.

Quant aux recommandations, le Dr Sangho et ses camarades du MODELE après l’observation de la RALE (1″ octobre au 31 décembre 2022), et en vue des prochaines élections, exhortent les autorités de transition à renforcer la sécurité sur l’ensemble du territoire, afin que les citoyens puissent vaquer librement à leurs occupations et participer pleinement aux prochaines élections. Pour l’Autorité indépendante de gestion des élections (AIGE), ils demandent la finalisation du processus de mise en place de ses coordinations (antennes) dans les régions, clubs, municipalités, ambassades et consulats, conformément aux articles 22, 23 et 24 de la loi électorale ; la confirmation de la tenue du référendum constitutionnel le 19 mars 2023 ; la création dans les meilleurs délais du cadre de consultation permanente avec l’administration, les partis politiques et la société civile, comme prévu à l’article 4 de la loi électorale ; la création dans les meilleurs délais du processus d’accréditation des observateurs, comme prévu à l’article 39 de la loi électorale. Ils ont demandé au ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation de revoir le mandat et les missions des commissions administratives chargées d’établir le registre électoral, afin de créer des commissions plus professionnelles ; d’adopter des stratégies pour prendre en compte les nouveaux adultes et les populations déplacées dans le registre électoral ; et de mettre en œuvre une véritable politique de communication sur l’importance du registre électoral et de la liste électorale. En conclusion, ils ont recommandé aux partis politiques de redéfinir le mandat et les missions des commissions administratives chargées de l’établissement des listes électorales, afin de créer des commissions plus professionnelles ; d’intensifier les activités d’information sur la loi électorale pour en assurer l’appropriation ; et d’intensifier les activités de sensibilisation et de mobilisation en faveur de l’organisation d’élections libres, transparentes, crédibles et sans violence.

Pour le mois de décembre, le travail des commissions a consisté à établir les tableaux de rectification et à les transmettre aux autorités pour qu’elles les transmettent à l’AIGE, ainsi qu’à établir les procès-verbaux de clôture des opérations RALE.

Boubacar Idriss Diarra

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *