Aller au contenu

Sabré Keïta écope de la peine de mort

La Cour d’assises à réquisition, mardi 11 octobre, la peine de mort pour Sabré Kéïta. Cet homme, âgé de 41 ans, un fils égorgé épouse Djénéba Thiénou.

Selon les informations résultant de l’arrêt de renvoi, c’est le mercredi 29 avril 2020, à Founé, dans la commune rurale de Diora (cercle de Tominian), que nommé le Sabré Kéïta demande à sa femme Djénéba Thiénou de laver ses habitudes . Cette dernière il intime alors de puiser de l’eau du puits, afin qu’elle fasse la lessive. Outré par l’attitude de son épouse, Sabré Kéïta entre dans une grande colère et se mit à lui administrer des coups. Celle-ci s’échappa et se réfugia chez connaît tant de Paulette Dabou. Ici remarque, le lendemain, les blessures sur le corps de la dame, consécutives, probablement, aux scènes de ménage. Au CSCOM, où l’on a conduit l’épouse blessée, le Directeur Technique de Santé Communautaire (DTSC), eu raison de la gravité des blessures, exigea, avant toute intervention, une réquisition à personne qualifiée délivrée par le maire de la Commune Rural de Diora. Djénéba Thiénou (sans avoir reçu de soins) et son beau-frère Obed Kéïta revinrent au village pour la réquisition demandée. C’est ainsi que, le vendredi, Sabré Kéita a reçut 5.000 F CFA des mains de son père pour se procurer le document requis et conduire son épouse Djénéba au CSCOM pour recevoir les soins adéquats. Chemin faisant, en pleine brousse, entre les localités de Founé et Diora, Sabré interpella, dans un premier temps, son épouse au sujet de sa dénonciation faite à l’agent de santé par rapport aux »Coups et blessures« , subies à elle par lui. L’ordonna alors à son épouse de renoncer à la réquisition.

Devant le refus de la dame, il la fit descendre de son engin, avant de la terrasser et de l’égorger froidement, puis de disparaître dans la nature. Plus tard, le corps sans vie d’une dame fut découvert dans la brousse entre les villages de Kénèsso, Gnoumoukuy, Touba, Nitouakuy et Nianilo, tous dans la commune rurale de Diora, cercle de Tominian. Les recherches menées aboutirent à l’identification du cadavre en la personne de Djénéba Thiénou. Une enquête fut ouverte par la Brigade Territoriale de la Gendarmerie de Mandiakuy, qui a permis d’interpeller Sabré Kéïta, qui fut poursuivi et inculpé devant le magistrat instructeur pour l’ « Assassinat » de Djénéba Thiénou.

A la barre, l’accusé n’a pas varié dans ses propositions. Il a reconnu les faits à lui reprochés, comme à l’enquête préliminaire, devant le magistrat instructeur. Le procureur droit, dans ses bottes, a souligné la gravité des faits, en expliquant que Sabré Kéïta a agi avec préméditation, puisqu’il était muni d’une corde et d’un couteau. Et de requérir la peine de mort pour l’homme de 41 ans.

A l’issue des débats, le jury a tranché suivant le requis du ministère public, en condamnant Sabré Kéita à la peine de mort pour « Assassinat » de son épouse.

O.BARRY

Source : l’Indépendant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *