Aller au contenu

Sécurité alimentaire : l’UE accorde 62,5 millions d’euros au PAM pour renforcer la sécurité alimentaire dans les zones touchées par le conflit au Mali

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) a accueilli une contribution de 62,5 millions d’euros de l’Union européenne (UE) qui aidera à renforcer la sécurité alimentaire, la nutrition et la résilience de 971 000 personnes dans neuf régions du Mali touchées par le conflit.

Grâce à ce financement, le PAM, en partenariat avec le gouvernement du Mali, mettra en œuvre deux projets pluriannuels ciblant les ménages et les communautés touchés par un conflit persistant, des chocs climatiques et des prix alimentaires élevés à Bandiagara, Douentza, Gao, Gourma-Rharous, Koulikoro, Mopti, San, Sgou et Tombouctou.

Les communautés du centre du Mali recevront une aide alimentaire et nutritionnelle conditionnelle dans le cadre du programme quinquennal de résilience et de développement durable, tout en participant aux activités de renforcement de la résilience, en aidant à créer et à réhabiliter les actifs communautaires pour améliorer l’accès aux services de base, tels que l’eau, les jardins communautaires, les routes, les barrières de pierre, les puits et les barrages.

Le PAM a trouvé qu’il était plus difficile de soutenir les familles à travers le Mali en raison des contraintes socio-économiques sur les moyens de subsistance et de la pression sur les ressources naturelles qui s’amenuisent, a déclaré Eric PERDISON, représentant du PAM et directeur national au Mali. Nous sommes reconnaissants à l’Union européenne pour son généreux financement qui nous aide à étendre les filets de sécurité sociale aux communautés vulnérables et à accroître leurs moyens de subsistance, notamment par le biais d’activités génératrices de revenus pour les femmes. Au PAM, nous sommes convaincus que les investissements à long terme dans les systèmes alimentaires et les interventions dans les chaînes de valeur locales sont essentiels pour mettre fin à la faim et à la malnutrition », a-t-il ajouté.

Grâce au projet REDDAM (Résilience et développement durable dans la zone agropastorale du Mali), les personnes déplacées, les organisations d’agriculteurs des communautés d’accueil vulnérables et d’autres petits producteurs alimentaires à faible revenu recevront des équipements et une formation technique sur la gestion des pertes après récolte et les initiatives de génération de revenus. En outre, 15 000 enfants de moins de deux ans, ainsi que des femmes enceintes et allaitantes, recevront des aliments nutritifs spéciaux dans le cadre du programme de prévention et de traitement de la malnutrition. L’Union européenne est pleinement engagée auprès du peuple malien dans les régions les plus vulnérables du Mali, comme Gao. Nous prenons des mesures pour lutter contre l’insécurité alimentaire chronique et pour promouvoir l’autosuffisance des personnes âgées », a déclaré Bart OUVRY, ambassadeur de l’UE au Mali.

Les conflits persistants, les déplacements récurrents de population, les chocs climatiques, l’impact du COVID-19 et les prix élevés des denrées alimentaires ont aggravé la situation de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le pays. Selon la dernière analyse de la sécurité alimentaire de Cadre Harmonis, 1,2 million de personnes, soit environ 6 % de la population totale du Mali, auront un accès irrégulier à des aliments sûrs et nutritifs pendant la période de soudure (juin-août 2023). En outre, plus de 1 600 personnes dans la région nord de Mnaka seront confrontées à des niveaux catastrophiques d’insécurité alimentaire si des mesures urgentes ne sont pas prises maintenant pour s’attaquer aux causes profondes de l’insécurité alimentaire.

Les conflits persistants, les déplacements récurrents de population, les chocs climatiques, l’impact du COVID-19 et les prix élevés des denrées alimentaires ont aggravé la situation de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le pays. Selon la dernière analyse de la sécurité alimentaire de Cadre Harmonis, 1,2 million de personnes, soit environ 6 % de la population totale du Mali, auront un accès irrégulier à des aliments sûrs et nutritifs pendant la période de soudure (juin-août 2023). En outre,
En outre, plus de 1 600 personnes de la région de Mnaka, dans le nord du pays, seront dans le besoin.

fsanogo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *