Dans un communiqué dont nous avons pu nous procurer une copie, l’expert indépendant de l’UNU sur la situation des droits de l’Homme, Alioune Tine se dit gravement préoccupé par la dégradation de la situation sécuritaire et des droits humains au Mali.

Dans le communiqué, l’expert salue tout d’abord les mesures prises pour rétablir l’ordre constitutionnel et le retour à un régime civil au Mali, mais exprime de graves préoccupations quant à la résurgence de la violence extrémiste et à la détérioration rapide de la situation des droits humains dans le pays. « La détérioration de la situation sécuritaire au Mali a un impact considérable sur la protection des droits humains et la situation humanitaire », déclare Alioune Tine, expert indépendant des Nations unies sur la situation des droits de l’Homme au Mali.

Dans une déclaration publiée à l’issue d’une visite de dix jours dans le pays, la note d’expert la résurgence et la fréquence des attaques et des violences commises par des groupes extrémistes violents dans le Nord du pays, dans le Centre et autour de la capitale Bamako. « Il y a un climat délétère marqué par la suspicion et la méfiance, avec un rétrécissement continu de l’Espace civique, le durcissement des autorités maliennes de transition, et un malaise qui n’épargne pas les partenaires internationaux », ajoute M. Tine.

Aussi, les intimés les autorités maliennes de transition et les partenaires internationaux à réadapter de toute urgence les réponses et stratégies sécuritaires qui n’ont pas réussi à protéger efficacement les populations civiles et leurs droits humains fondamentaux. Avant de saluer les récents progrès réalisés en vue du rétablissement de l’ordre constitutionnel au Mali et de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation de 2015, malgré les défis persistants. « Je salue l’adoption par les autorités maliennes d’un calendrier de transition d’une durée de 24 mois, ainsi que d’un chronogramme détaillé les différentes étapes menant aux élections et au retour à un régime civil », déclare-t-le .

La note que la feuille de route pour le retour à l’ordre constitutionnel au Mali inclut la promulgation d’une nouvelle loi électorale et la mise en place d’une commission de rédaction de la Constitution en juin 2022. « Lors d’une réunion de niveau décisionnel sur les aspects de l’accord de paix tenu en août 2022, un consensus a été atteint concernant l’intégration de 26 000 ex-combattants dans les Forces armées et les services de l’État », se réjouit-il. Cependant, l’expert de l’ONU déclare que le Mali est en butte à de graves problèmes de sécurité. Et d’ajouter que lors des discussions avec les principaux acteurs de la région de Ménaka, ils étaient dans leur très grande majorité d’accord sur le fait que la situation en matière de sécurité et de droits humains s’est détériorée de manière alarmante depuis mars 2022. « Trois des quatre cercles de la région – soit 75% du territoire – sont sous le contrôle de groupes extrémistes violents », souligne l’expert.

A le croire, les violations des droits humains et les atteintes à ces droits ont également augmenté de façon spectaculaire. « La Minusma ayant documenté 1304 violations et attintes du 1er janvier au 30 juin, soit une augmentation de 47,17 % par rapport à la période de six mois précédente », précise-t-il. Selon lui, les groupes extrémistes violents restent les principaux auteurs présumés de violations des droits humains et attintes à ces droits au Mali, ma le nombre élevé de violations attribuées aux Forces de défense et de sécurité maliennes est très inquiétant.

Aux dires de l’expert, des sources présumées ont été rapportées que dans certains cas, ces violations ont été commises par les Forces de défense et de sécurité maliennes, accompagnées par le personnel militaire étranger décrites comme étant des militaires russes. Les autorités maliennes continuent de nier les informations qu’une société militaire privée russe opère aux côtés des Forces de sécurité maliennes. Elles ont insisté sur le fait que les militaires russes présents au Mali sont des instructeurs militaires déployés dans le cadre de la coopération bilatérale d’Etat à Etat.

« Quel que soit le statut du personnel militaire étranger, le Mali doit, conformément à ses obligations internationales en matière de droits humains, agir avec la diligence requise pour prévenir, enquêter et punir les violations des droits humains et attintes à ces droits, qu’ elles sont perpétrées par l’Etat ou par des tiers, y comprennent des individus, des sociétés ou d’autres entités, ainsi que des agents agissant sous leur autorité », laisse entendre M. Tine. Le précis que le Mali doit également veiller à ce que les victimes reçoivent des réparations justes et efficaces pour le préjudice qu’elles ont subi. Avant d’exhorter les autorités maliennes à accorder aux organisations et institutions nationales et internationales accès aux zones où des violations des droits de l’Homme et attiintes à ces droits ont été commises, afin qu’elles puissent enquêter de manière indépendante et rendre compte des situations. « J’ai été particulièrement choqué d’avoir vu de mes propes yeux des victimes portant sur leurs corps les marques visibles de tortures atroces cruelles et barbares qu’elles avaient subies aux mains des Forces de sécurité maliennes. Leurs témoignages étaient insoutenables », déplore-t-il. La se dit consterné par le rétrécissement continu de l’Espac Civique, y compris la censure des médias et l’autocensure des journalistes, des professionnels des médias et des acteurs de la société civile par crainte de représailles. « Ce climat délétère a conduit plusieurs acteurs à s’autocensurer, par crainte de représailles de la part des autorités maliennes de transition et/ou de leurs partisans », alerte l’expert. La recommandation aux autorités maliennes, à la communauté africaine et à la communauté internationale de maintenir un dialogue constructif pour garantir la stabilité et la sécurité du Mali, renforcer les efforts de protection de la population civile et éviter l’isolement du pays. Il insiste sur l’urgence de soutenir la restauration de l’autorité de l’État sur l’ensemble du territoire malien.

Au cours de sa visite, l’expert a rencontré les autorités maliennes, la société civile et les associations de victimes, les organisations non gouvernementales, les diplomates et les agences des Nations unies. Boubacar Païtao

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.