Alors que des manifestations contre les sanctions de la Cdao se tenaient au Mali vendredi 14 janvier, la communauté malienne, basée au Sénégal, s’est également mobilisée à Dakar, autour d’opérateurs économiques qui dénoncent les restrictions aux échanges entre les deux voisins

Au port de Dakar, dans la cour des Entrepôts maliens du Sénégal (EMASE), les camions sont arrêtés. Mohamed Kon est le chef du Conseil malien des transporteurs routiers – il y a généralement des embouteillages partout, mais après les sanctions, vous pouvez voir que tous ces flux ont un impact sur l’économie du Sénégal et du Mali.

Nous ne travaillons pas
M. Sidib, représente les sociétés de transport au Sénégal : nous n’avons pas travaillé depuis dimanche soir. Le Sénégal dessert 70% des marchandises du Mali depuis le port de Dakar. Fer et autres, nous avons complètement cessé de les livrer. On avait aussi des camions qui étaient à l’usine pour le chargement, ben il fallait les décharger pour les sortir.

Les hydrocarbures ou encore les produits alimentaires et pharmaceutiques sont exonérés, mais pour les autres il y a le problème du stockage, comme l’explique Mamadou Traor, chargeur malien : Il y a des herbicides, des panneaux solaires Pratiquement tous ces produits sont condamnés à rester dans le port de Dakar. Ce sera l’encombrement total.

Impossible de chiffrer les pertes
Selon Fousseynou Soumano, directeur des Entrepôts maliens au Sénégal, il est impossible à ce stade de chiffrer précisément les pertes : ce sont des centaines de milliards car aujourd’hui, en ce qui concerne les flux entre le Mali et le Sénégal, il n’y a pas moins de 1 000 camions par jour. , dans les deux sens. Alors vraiment, c’est une situation malheureuse.

Dans un avenir prévisible, ces opérateurs cherchent à rediriger les marchandises via la Mauritanie et la Guinée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.