La transition post-IBK devrait s’achever le 25 mars prochain, à l’expiration des 18 mois qui lui avaient été préscits par sa charte fondatrice adoptée en septembre 2020. Elle sera toutefois prolongée dans une fourchette de six mois à cinq années supplémentaires, en vertu d’une résolution des Assises Nationales de la Refondation de l’Etat, un forum boycotté par une partie de la classe politique et de la société civile ainsi que la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA). Le Conseil National de la Transition (CNT), qui fait office d’organe législatif, a adopté, hier lundi, la charte remaniée dans ce sens.

Il en découle que la date de l’élection présidentielle, devant marquer la fin de la transition, est enveloppée de la plus grande opacité. Aura-t-elle lieu dans un, trois ou cinq ans ? Nul ne saurait le conjecturer. L’appartiendra aux autorités en charge de la conduite de la transition de l’apprécier en fonction de l’état d’amélioration des paramètres jugés indispensables pour la bonne tenue de ce contrôle majeur pour le devenir du pays.

Du coup, l’on se tourne avec inquiétude voire effroi du côté d’Accra, siège actuel de la présidence tournante de la CEDEAO, où cette évolution sera perçue comme la consécration du pied de nez qui a au Mali les sanctions prises conjointement avec l’UEMOA , 9 janvier dernier. Survenant trois jours seulement après que Nana Akuffo-Addo eut déclaré à Bruxelles, en marge du sommet EU-AU, qu' » une transition de douze mois serait acceptable «, Elle y contribuera certainement tout en facilitant le rétablissement du dialogue entre Bamako et ses partenaires communautaires. Et si tel devait être le cas, l’écart entre les vues des deux parties est important qu’un rapprochement tiendrait du miracle.

La legalisation de la période transitire dans le flou et l’précision sera ressentie aussi comme un camouflet de plus par la communauté internationale (Etats et Organisations) dont une grande partie se trouve dans une dynamique de rupture avec les autorités en place suite à la fois au non respect par elles des engagements souscrits relativement au retour du Mali à une vie constitutionnelle normale et à l’intention prêtée à elles de recourir aux services de la société privée paramilitaire russe Wagner.

Enfin, elle aura l’allure d’un mépris insoutenable pour le Cadre d’Echange pour une Transition Réussie au Mali, ici annoncée considérant le 25 mars à venir comme la fin officielle de la transition et appelée à la mise en place d’une nouvelle transition de neuf mois où, ni le colonel Assimi Goïta, ni son premier ministre Choguel Maïga n’auront leur place. L’augmentation du nombre des membres du CNT (de 121 à 147) et la suppression de la limitation du nombre de ministres à 25, autres modifications mineures à la charte, manifestement ciblées à élargir ces deux institutions à des représentants de cette coalition pour pallier le déficit d’inclusion reproché au système en place et faire baisser le thermomètre politique.

Produiront-elles l’effet recherché pour épargner au pays, prouvé par les sanctions communautaires et de plus en plus isolé sur le plan diplomatique, les fresques de soubresauts internes ?

Saouti HAIDARA

Source : L’Indépendant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.