Environ deux mois avant l’échéance prescrite par la CEDEAO, la transition malienne a toutes les possibilités et toutes les raisons d’être prolongée. Ceci, compte tenu de l’ampleur du travail de lutte contre l’impunité, la corruption et l’insécurité, catalyseurs de la situation chaotique que connaît le pays. Cela signifie que la date du 27 février n’est pas une fin en soi, sachant qu’il y a les conditions pour s’imposer. Installée depuis 18 mois, la transition prend fin en principe après la première élection […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *