Aller au contenu

Un vibrant hommage rendu aux 22 camarades décédés et à l’ancien président de la République du Mali

Les anciens du Mouvement citoyen, qui ont accompagné les actions de développement de l’ex-président de la République, Amadou Toumani Touré (2002-2012), ont respecté la tradition, en se recueillant, jeudi 22 septembre, sur les tombeaux de 22 de leurs camarades de lutte, décédés, 23 septembre 2006, alors qu’ils regagnaient Bamako, après les festivités du 46è Anniversaire de notre indépendance, à Gao.

23 septembre 2006-23 septembre 2022, il ya 16 ans que disparaissaient 22 membres du Mouvement citoyen, suite à un accident tragique, survenu entre San et Mopti, le 23 septembre 2006, alors qu’ils regagnaient Bamako, après la célébration du 46e Anniversaire de l’Indépendance du Mali, à Gao, Couplée avec l’inauguration du pont de  » Wabaria «. Ces vaillants disparus dorment désormais en paix au cimetière de Hamdallaye. Et, depuis cette date, leurs anciens camarades de lutte (qui sont, pour la plupart, des cadres du pays aujourd’hui) et leurs proches parents se recueillent sur leurs tombeaux à chaque date anniversaire de leur décès, pour leur rendre un vibrant hommage pour le combat mené pour la nation. Ces regrettés disparus étaient des jeunes, dont certains occupaient des postes dans l’Administration malienne, notamment des médecins, des juges, des agents des Impôts, des banquiers.

Par ailleurs, le mentor des jeunes du Mouvement citoyen, l’ancien président de la République du Mali, Amadou Toumani Touré, est décédé, le 10 novembre 2020. Il a également dort en paix dans le même cimetière. Et depuis deux ans, cette activité a été couplée au recueillement sur sa tombe.

Après la prière, dirigé par l’imam du Badialan, le président de la jeunesse du Mouvement citoyen d’alors, Amadou Goïta, non moins ancien ministre d’IBK, dira que ces disparus sont morts pour la patrie, la jeunesse.  » Nous prions Dieu pour que leurs sacrifices ne soient pas vains «. Avant de prier pour que le Mali retrouve la paix, la stabilité et puisse amorcer son développement harmonieux.

F. COULIBALY

Source : l’Indépendant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *