Après les révélations d’Europa 1 sur la présence de la compagnie militaire russe Wagner au Mali, la France a officiellement reconnu qu’il y avait des mercenaires russes sur le sol malien. Une information qui inquiète les pays occidentaux présents au Sahel, et qui pose la question du retrait des troupes de l’opération Barkhane.
Une présence inquiétante. La France a officiellement reconnu jeudi soir que les mercenaires russes de l’agence Wagner étaient bien déployés au Mali, suite aux révélations d’Europa 1. Les services de renseignement français ont fourni plusieurs documents démontrant l’activisme des Russes pour déstabiliser la France dans ce pays du Sahel. Un déploiement possible sur l’ensemble de la zone qui inquiète les alliés de la France présents dans cette zone d’Afrique, et qui s’accélère considérablement.

Des dizaines voire des centaines d’arrivées de mercenaires
Un camp d’urgence a été installé à l’intérieur de l’aéroport de la capitale malienne, Bamako, ces derniers jours, selon une source gouvernementale. C’est un camp militaire placé sous la responsabilité des dirigeants du groupe Wagner. De grosses quantités de nourriture viennent de vous être livrées qui, selon diverses sources bien informées, laissent présager l’arrivée de dizaines voire de centaines de wagnériens.

Tout cela est facilité par la logistique militaire russe car les mouvements étaient également représentés dans les airs. Selon les informations d’Europe 1, les rotations d’avions militaires entre la Russie, la Libye et Bamako se sont accélérées.

Les services secrets français ont également déterminé que des géologues russes liés à la société privée Wagner exploraient le désert pour cartographier les mines d’or du pays. C’est la technique de groupe habituelle. Lorsqu’ils s’installent dans un pays, il s’agit d’un service de sécurité contre l’exploitation des ressources au service des intérêts économiques de Moscou.

La question du retrait des troupes françaises au Mali
La ligne rouge a été franchie pour la France, mais au fond cela ne devrait pas changer grand-chose. Le communiqué du ministre des Affaires étrangères précise que la France prend acte du déploiement de Wagner au Mali. Paris le condamne fermement, mais n’apporte aucune solution concrète ou précise si ce n’est que tout l’effort diplomatique doit aller dans un seul sens : forcer la junte au pouvoir à respecter ses engagements. Il s’agit d’organiser des élections en février prochain pour redonner le pouvoir aux civils.

En attendant, cela soulève une question essentielle : que doivent faire les forces de l’opération Barkhane lorsqu’elles se retrouvent face à des mercenaires russes chassant des djihadistes dans le désert ? Pour cette raison également, selon les informations d’Europe 1, le président Emmanuel Macron se dit en privé prêt à accélérer le processus de retrait des troupes.

Cela risque de laisser un boulevard aux Russes et de satisfaire le colonel du putsch Assimi Goita. Ce dernier attend du nouveau, que la France annonce son départ du Mali pour endosser le statut de victime et asseoir sa légitimité en provoquant des discours anti-français.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *