Dans un entretien Spoutnik, le gopolitologue algérien Dr Farid Benyahia analyse l’évolution de la crise ukrainienne, affirmant que le risque de guerre entre les grandes puissances est très peu probable. L’estime que les jeunes militaires putschistes dans certains pays africains comprennent l’enjeu de cette crise et tentent de profiter.

Le 21 janvier, le secrétaire d’État américain et le chef de la diplomatie russe se sont rencontrés Genève pour évoquer la crise en Ukraine et tenter d’aplanir les fortes divergences de point de vue sur fond de risque de déclenchement d’un conflit régional aux conséquences incalculables pour la sécurité monde.

« Nous avons convenu que nous allions nous présenter des réponses critiques la semaine prochaine nos propositions », a déclaré Sergue Lavrov, attestant que lui et Antony Blinken étaient « d’accord qu’un dialogue raisonnable est nécessaire » pour que « la tension retombe » .

C’est dans ce contexte qu’un quatrième coup d’État et exécuté en Afrique. En effet, après le Soudan, le Mali et la Guinée-Conakry, la junte militaire a pris le pouvoir dimanche 23 janvier au Burkina Faso, pays membre de la Force G5 Sahel, quelques jours après l’échec d’une première tentative.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.