Aller au contenu

Yéréwolo : la récupération passéeiste

Pour commémorer son 3e anniversaire, le mouvement patriotique et révolutionnaire Yéréwolo « Debout sur les remparts » a choisi de faire dans le symbolisme. Pour réaffirmer son ancre dans le patriotisme, le panafricanisme, et sa fidélité aux idéaux du président fondateur de la République, Ben Le Cerveau qui traverse une bourrasque et ses amis ont choisi Kayo face au Grand Moulin pour en appeler davantage à l’émotionnel sur l ‘évènementiel.

Ce même lundi 19 novembre date anniversaire de l’arrestation de Modibo Keita (mort le 16 mai 1977, avant la naissance de la plupart des manifestants), Yéréwolo débout sur les remparts a choisi donc de dépêcher une grosse délégation à Koulikoro avec les panafricanistes africains comme Kémi Séba et autres. Après s’être recueillis et fait des selfies près du monument de l’arrestation du feu Modibo KEITA en face du grand moulin, ils sont partis conférer à la Mairie de Koulikoro durant toute la journée sur la situation du pays avec Fusi-Mali, M5 Appels d’offres…
Le ton des discours trahit souvent les intentions des intervenants pour le pays et pour lequel ils se battent pour son développement.
« Assimi fait attention à ce qu’on te dit à côté. Assimi fait attention à ce qu’on fait à côté de toi » a déclaré Allaye BOCOUM à l’allure d’un cri de mise en garde en conseillant le président GOITA de t’entendre les oreilles et écouter souvent ceux qui ne sont pas dans les rouges de l’administration. En clair, depuis quelques mois, le mouvement politique se réclamant héritier du combat panafricaniste de feu Modibo KEITA, se sent exclu par les autorités de la transition.
Allaye BOCOUM, cet ancien militant du parti Sadi qui a jeté l’éponge, estime que le meilleur ennemi d’un chef d’État c’est d’abord ses services de sécurité d’après les conseils des diplomates.
Alors que le contexte socio-économique est loin d’être apaisé à cause de nombreuses frustrations exprimées çà et là, M. BOCOUM conseille au Président de la transition, Assimi GOITA, de changer d’approche en sortant de son cadre pour s’enquérir par lui-même certaines situations et réalités.
Pour sa part, Adama DIARRA dit Ben le Cerveau, contesté actuellement par des jeunes de la ville de Kati pour avoir porté le gong contre des autorités de la transition, a confirmé que l’enjeu du combat du mouvement Yéréwolo « Debout sur les remparts est la fin du système de domination et de la prédation qui a perduré durant des années dans le continent en complicité avec des nationaux.
Pour lui, sa prise de position ne cible pas une personne, mais vise une cause. Celle du développement du Mali et de l’Afrique toute entière. Aussi, en tant que leader de la révolution qui a conduit à la mise en place de cette transition, son combat est de veiller à ce que les espoirs ne soient pas galvaudés.
« La lutte n’est pas une question de personne. Elle va au-delà. Si on ne sauve pas Assimi GOITA, si on ne sauve pas la révolution, il y aura une très grande désillusion pour le peuple. Nous sommes condamnés à sauver Assimi GOITA. En le sauvant, on sauve le Mali et le Sahel jusqu’à la libération de l’humanité du joug impérialiste occidental. Sauver Assimi est le point de départ. Nous ne devons pas perdre cela, quel que soit le prix à payer. Travaillons à maintenir la cohésion entre les 5 colonels. Cela est extrêmement important », a déclaré Ben le Cerveau sous le feu des critiques.
Il a indiqué par ailleurs que l’esprit du M5-RFP doit profiter à tous les Maliens : qui sont d’accord ou pas.
Reconnaissance des dissensions dans le groupe, Ben le Cerveau a prêché pour le rassemblement de toutes les forces de changement pour que les idéaux du Mali Kura soient une réalité.
L’activiste, Kémi Séba, de son côté, a également conseillé le Président Assimi de faire attention aux amis de circonstance.
« Ceux qui te disent aujourd’hui que tout va bien, mais le jour où tu seras déstabilisé, ce sont eux qui se retourneront contre toi. Ton meilleur ami est celui qui te dit la vérité », a déclaré Kémi Séba, avant de le fournisseur de tendre les oreilles à ses véritables amis afin de déjouer les pièges des éprouvés et de leurs complices africains.
La stratégie des révélés, at-il accusé, est de diviser le mouvement yéréwolo en vue de porter un coup au combat pour le panafricanisme.
« Ne laissons plus personne pour nous diviser », a déclaré Kémi Séba pour qui Assimi est une référence politique.
Si ce dernier devait avoir des conseillers, il lui suggérait les militants de Yéréwolo Débout sur les remparts.
Le mea culpa de yéréwolo
Pour Siriki KOUYATE, l’un des porte-paroles, en dépit des cabales contre le mouvement et Ben le Cerveau, il n’est pas question d’arrêter leur combat mené en faveur de la souveraineté, de la dignité du Mali et de s’asseoir volonté des peuples africains. Il a affirmé que le pays a atteint un point de non-retour en arrière.
« Nous appelons l’ensemble des militants du mouvement Yerewolo « Debout sur les remparts une manifestation le mardi prochain (NDLR demain 21 novembre) à la place du cinquenaire de Kati non loin de la résidence de Assimi GOITA. Il s’agit de dire au Président de suivre la voie tracée par le peuple », a annoncé M. KOUYATE.
Cette mobilisation entre également dans le cadre de la désescalade de la tension entre le leader de Yéréwolo « Debout sur les remparts et les nouvelles autorités du pays. Cela est consécutif aux propos d’Adama DIARRA dit le Ben Cerveau contre la gestion de la transition qui est loin de remporter les engagements pris au peuple milien. Une sortie médiatique qui a déplu à Kati, la ville garnison du pays, où des centaines de jeunes se sont mobilisés la semaine dernière pour exiger la démission du leader de yéréwolo au Conseil national de la Transition (CNT).
Pap DIALLO, l’un des responsables du mouvement, au lendemain de la rencontre de Koulikoro, a reconnu que dans la forme, la sortie de Ben le Cerveau sur l’augmentation du budget du CNT et de la présidence était inopportune.
« C’est un être humain, il a connu une erreur et nous allons travailler à corriger cella-ci », a expliqué M. DIALLO.

PAR SIKOU BAH

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *