Au terme d’un match époustouflant, les Fennecs d’Alger ont sorti les Lions de l’Atlas aux tirs au but samedi dans une ambiance exceptionnelle au stade Al Thumama de Doha. Dès le début, l’intensité et le rythme étaient au rendez-vous, mais ce n’est qu’en deuxième mi-temps qu’on a vu le premier but sur le filet. Seulement à 62′ Brahimi transforme un penalty suite à une faute flagrante de Chibi, faisant vibrer les tribunes algériennes et semant un silence assourdissant sur les tribunes marocaines. Un silence qui ne dure pas longtemps, étant donné que le Maroc a immédiatement égalisé d’une tête de Nahiri, seul dans la surface, remettant le Maroc en jeu. Cela veut dire que la rivalité était là et que les joueurs y mettaient tout leur cœur.

Mais au-delà de la performance footballistique, le match a été aussi et surtout caractérisé par un fair-play sans pareil, sachant que bon nombre de médias et d’analystes s’attendaient à des frictions entre les deux équipes étant donné que le match se déroule dans un contexte de tensions extrêmes entre Rabat. et Alger. .

Des spéculations qui ont même poussé les organisateurs à renforcer le système de sécurité autour du stade, si la situation déraille. Mais ce n’était pas le cas ! Les supporters des deux camps ont chaleureusement accueilli aux entrées de la pelouse, animés par la même passion et affirmant une nouvelle fois la cohésion, la fraternité et les liens solides entre les deux peuples que les porte-parole du régime algérien tentent de rompre. . Si les joueurs des deux équipes se sont salués et se sont excusés en cas d’erreurs lors de ce match, déconseillé aux malades cardiaques, les supporters ont hissé les drapeaux marocain et algérien côte à côte dans les tribunes le sourire aux lèvres. Dans cette ambiance fraternelle, les 90 minutes régulières se sont terminées par un but égalisateur partout, laissant la place aux prolongations.

A 102′ le sourire du public marocain s’est évanoui suite à une séquence de tirs contrôlés par Blaili à environ 45 mètres du but pour surprendre et lober Zniti, très avancé et pris par surprise par le chef d’oeuvre de l’attaquant algérien. Galvanisés par ce but, les Marocains ont repris le jeu, créant de plus en plus d’espaces et avançant de plus en plus vers les poteaux. La détermination des Lions a vite payé, comme en témoigne une tête de leur capitaine Benoun qui a trouvé le chemin des filets sur un coup franc indirect à la 111e minute. Score final 2-2, les joueurs sont épuisés et les fans sont au bord de la dépression nerveuse, mais applaudissent leurs sélections respectives pour la performance très honorable qu’ils ont présentée. C’est vrai qu’il y a eu des erreurs, des gâchis et des occasions manquées ici et là… Mais les joueurs ont fait de leur mieux.

Après un penalty époustouflant, le gardien algérien Raïs a stoppé la tentative de Karim El Berkaoui d’offrir à l’Algérie un ticket pour la demi-finale. Un défilé salué par les larmes des Lions de l’Atlas qui ne cachaient pas leur ambition de ramener la coupe à la maison.

Cela dit, la victoire des Fennecs équilibre les résultats du match entre les deux équipes qui viennent de disputer leur 30e match officiel. Désormais, le bilan est bon : 10 victoires pour les Lions de l’Atlas, 10 victoires pour les Fennecs et 10 nuls.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.