Aller au contenu

ADII : Exclusion des achats électroniques des franchises douanières

L’Administration des Douanes et Impôts Indirects (ADII) in annonce, vendredi, l’exclusion des achats effectués via les plateformes internationales de commerce électronique des franchises douanières à partir du 1er juillet 2022. « A compter du 1er juillet 2022, les ac effectués via les plateformes internationales de commerce électronique seront exclus de l’exonération des droits de douane à l’importation, ceux qu’en soit la valeur », indique un communiqué de l’ADII.

Cette disposition ne s’applique pas aux envois, sans caractère commercial reçus de l’étranger dont la valeur n’excède pas 1 250 dirhams, qui continueront à bénéficier de l’exonération douanière conformément au décret susvisé, précise la même source. Et de souligner que cette mesure ne vise en aucune manière à porter atteinte à la liberté d’achat du consommateur via les plateformes de commerce international, ma un pour objectif plutôt de protéger tant le citoyen que l’économie locale.

En effet, le commerce électronique via les plateformes internationales a récemment connu une croissance exponentielle et le chiffre d’affaires réalisé au Maroc par certaines de ces plateformes a dépassé le milliard de dirhams en 2021, relais de l’ADII, comporte qu’à l’issue d ‘enquêtes requises, ce qui s’est avéré que des pratiques illégales étaient à l’origine de cette évolution préoccupante.

Il a également été constaté que les envois expédiés par certaines plateformes internationales de commerce électronique cohérentes en réalité en des opérations de portage de grandes quantités de marchandises, sous couvert des facilités douanières occasionnées pour les envois exceptionnels n’ayant pas de caractère commercial ainsi les marchandises de faible valeur, faites remarquer l’ADII.

Cette situation a conduit à l’émergence d’un marché informel consistant en la revente d’articles acquis via des sites internationaux de commerce électronique, en usant de la fraude sur la valeur déclarée des achats (sous-facturation) ou en les répartissant entre plusieurs bénéficiaires, alors que l’acheteur réel est la même personne et ce, afin de bénéficier de l’exonération douanière et de progresser les normes de contrôle liées à la protection du consommateur, fait observer l’ADII, expliquant que ces pratiques constituantes une concurrence déloyale pour l’industrie locale et le commerce formel et un manque à gagner certain pour l’État et peut représenter un danger pour la santé du consommateur. « Afin de pallier cette situation, le renforcement du contrôle douanier sur les envois du commerce électronique s’est avéré nécessaire, c’est pourquoi il a été décidé d’amender les dispositions de l’article 190-e) -2° du décret n° 2-77-862 cadrant les envois exceptionnels dénués de tout caractère commercial », a conclu l’ADII.

CARTE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *