Aller au contenu

Au 21ème Grand Prix Lalla Meryem… Aujourd’hui, Aya notre Lioncelle à… phoques !

C’est à partir de ce lundi que notre TGV (Tennis à Grande Vitesse) prendra sa vraie vitesse de croisière en embarquant les voyageurs de première classe qui font l’actualité de cette 21ème édition du Grand Prix de SAR la Princesse Lalla Meryem qui est organisée sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI Que Dieu l’assiste et le glorifie et qu’il se joue, pour la sixième édition consécutive, sur les courts des USCheminots.

Un club qui revêt parfois ses plus beaux atours pour être à la hauteur de cette prestigieuse compétition qui coïncide avec le cinquantenaire de la WTA (Women’s Tennis Association), qui gère le tennis féminin dans le monde.

Avec honneur…

Le tableau qualificatif s’est joué sur le week-end, avec seize joueurs, pour l’attribution des quatre places qualificatives pour le tableau final qui a débuté, hier dimanche, avec les premiers matches des huitièmes de finale. L’antichambre des qualifications qui a vu l’entrée en course de notre joueuse, Yasmine Kabbaj, qui devait affronter la jeune Russe de 19 ans et n°7 du tournoi, Tatiana Prozorova. Une rencontre où notre espoir s’est concrétisé, malgré sa défaite, avec les honneurs du communiqué.

C’est en trois sets (6/0, 2/6, 6/1) que la Russe a sauvé sa peau pour faire jouer, hier, l’Américaine Francesca Di Lorenzo qui a libéré la n°2, la Russe Valéria Savinykh pour 6/2, 6/1. De son côté, la hongroise n° 3 du classement, Timea Babos, régulière au Maroc avec une place de finaliste lors de la 15ème édition à Marrakech en 2015, a validé son ticket pour le second tour après la victoire sur la russe Ekaterina Yashina ( 7/5, 6/4) pour accueillir les britanniques Naiktha Bains.

Ainsi, hier, devait se jouer le deuxième et dernier tour de qualification, synonyme du passage au tableau final qui a débuté hier, dimanche, avec deux matchs des huitièmes de finale. Là où l’Egyptienne et tête de série n°3 du classement, Mayar Sherif, a dû croiser l’Ukrainienne Baindl Kateryna, tandis que la Française Leolia Jeanjean a dû batailler avec la Roumaine Gabriela Lee.

Aya l’attraction du centre-ville !

C’est samedi que le superviseur du tournoi, le Canadien Mohamed Chahir Fitouhi, a procédé, en présence du président du club, Haj Mohammed Smouni, et de ses proches collaborateurs, dont le directeur du tournoi, Khalid Outaleb, au tirage au sort ce tableau final où nous n’avions d’yeux que pour nos deux aspirants, Malak El Allami et Aya El Aouni. Ce dernier qui sera, aujourd’hui, l’attraction centre-droit croisant le fer avec le Kazakh et tête d’affiche n. 6, Yulia Putintseva, qui n’est pas facile à cuisiner.

Avec ses deux titres en 2019, à Nuremberg en Allemagne, et à Budapest en Hongrie, ainsi que trois défaites finales en 2017, 2018 et 2021, la Kazakh démarre logiquement à la faveur des pronostics à moins que notre Lioncelle ne puisse surprendre.

De son côté, Malak El Allami, qui ne jouera que demain mardi, a hérité de la Russe Kamilla Rakhimova, spécialiste du double avec deux titres et trois finales perdues. Pour les autres rencontres de ce premier tour, le tirage au sort a désigné l’Italienne (n°1) et tenante du titre, Martina Trevisan, face à l’Espagnole Nuria Parrizas-Diaz et l’Américaine Sloane Stephens (n°2) face à la vétéran russe et bénéficiaire de la « joker » WTA Vera Zvonareva.

Bref, un tirage au sort qui nous a fourni de belles affiches pour la beauté du spectacle de cette prestigieuse compétition féminine internationale.

De la charité au tourisme !

En parallèle du volet sportif de cette journée du lundi, les organisateurs ont prévu de proposer à leurs invités de cette édition une visite touristique pour découvrir les sites historiques, culturels et historiques de la capitale du Royaume et ville lumière. Mais d’abord, ce matin (11h00) une délégation du staff organisateur et quelques joueurs du tournoi rendront une visite de courtoisie aux enfants de la Ligue marocaine pour la protection de l’enfance au centre Lalla Meryem, sous la houlette de SAR Princesse Lalla Zineb. Ce sont les enfants qui, hier dimanche, étaient à l’honneur sur le terrain principal du club en participant au Kid’s Day aux côtés des jeunes du club hôte.

Un moment magique pour ces jeunes qui ne sont pas repartis les mains vides. Au contraire, avec de nombreux souvenirs plus un chèque de cotisation de l’équipe du président du club organisateur, Haj Mohammed Smouni, qui a toujours assuré la pérennité de ce bienfait ô combien significatif et caritatif de ces enfants en situation de vulnérabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *