Aller au contenu

Comment la tutelle veut blinder l’écosystème artisanal

Véritable catalyseur de développement économique, grand générateur d’emplois et conservateur des savoir-faire ancestraux, le secteur de l’Artisanat est à l’honneur à Marrakech, à l’occasion de cette 7é édition qui s’inscrit dans le cadre de la stratégie du ministère du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Économie Sociale et Solidaire, visant à faire rayonner les produits artisanaux du Royaume au niveau national, comme à l’international. Un secteur qui, selon Mohamed Msellek, Secrétaire Général du ministère du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Economie Sociale et Solidaire, comprend 172 métiers, emploie environ 2,4 millions de personnes, représente ainsi près de 22% de la population active occupée du Maroc et participe à hauteur de 7% dans le PIB national.

Les potentialités socioéconomiques de l’artisanat sont d’envergure et doivent donc être exploitées de manière optimale. « Aujourd’hui, le secteur de l’artisanat connait une évolution orientale, notamment grâce aux chantiers titanesques engagés actuellement par le Royaume, dont la généralisation de la couverture sociale universelle », a ajouté Msellek, notant que son département travaille d’arrache-pied pour que les professionnels du secteur puissent être parmi les premiers à en bénéficier, avant la généralisation.

La régionalisation avancée est également un chantier qui contribue grandement à l’évolution du secteur, at-il souligné, précisant que la nouvelle loi 50.17 relative à l’organisation des métiers a permis d’instaurer des corporations pour chaque métier artisanal, et ce, au niveau de toutes les régions.

Le responsable a relevé que le secteur contribue à une meilleure répartition des richesses et est un vecteur important de valorisation et d’utilisation de sa propre énergie, à prédominance du fait-main.

Partageant le même avis du SG de la tutelle, Tarik Sadik, Directeur général de la Maison de l’Artisan, a déclaré que vu les bienfaits socio-économiques des produits artisanaux, il est nécessaire d’ajouter les professionnels, notamment en expliquant le processus de commercialisation de leurs produits, notamment via les salons. « Cette 7ème édition de la Semaine Nationale de l’Artisanat va nous permettre de faire un échange de même bonnes pratiques avec plusieurs artisans, à d’organiser des master classes, qui comprend le design, le développement du capital humain et bien évidemment le e -commerce, pour pouvoir atteindre des marchés internationaux où le produit marocain est demandé», nous indique Tarik Sadik. La précise également que pour maximiser les sources de revenus des artisans et promouvoir les produits locaux, les Chambres régionales de l’artisanat organisent des foires régionales, dont les dates seront communiquées incessamment.

Cette année, les 500 participants ont répondu présent, selon notre interlocuteur, qui rappelle que le thème choisi (« L’artisanat, un savoir-faire ancestral unique au service du développement inclusif et durable ») fixe le cap pour le secteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *