Aller au contenu

Concours Locataires et aboutissants d’une nouvelle

Le président de la Confédération Africaine de Football, Patrice Motsepe, a annoncé, mercredi 10 août 2022, la création d’une nouvelle compétition africaine de football, baptisée «super ligue africaine» qui va démarrer l’année prochaine au mois d’ août 2023. Cette compétition verra la participation de 24 équipes réparties en 3 zones : 8 en Afrique du Nord, 8 en Afrique de l’Ouest et du Centre et 8 en Afrique du Sud et de l’Est. La soirée Prize money de 100 millions de dollars.

Chaque équipe aura uniquement pour sa participation une prime garantie d’un (1) million de dollars et l’équipe vainqueur aura une prime d’onze (11) millions de dollars. La CAF vers, également, une prime spéciale pour toutes les Fédérations nationales africaines afin de développer le football dans toutes ses dimensions. Lors de son allocution, le président Motsepe a indiqué que cette Super League va rendre le football plus attractif et renflouera les caisses des clubs africains qui présentent des déficits budgétaires. Les sponsors seront plus demandés pour s’investir.

Autre impact est le développement des infrastructures sportives en Afrique, ce qui ici limitera la fuite des joueurs vers d’autres cieux. La présence d’Infantino, le président de la FIFA, en Tanzanie aux côtés des dirigeants africains, est un signe fort de soutien à cette initiative. C’est lui l’initiateur de ce projet lorsqu’il était Secrétaire général à l’UEFA. Elle a fait son chemin, ma lorsqu’il était passé à la FIFA, le président du Real Madrid à pris le relais pour concocter un projet ici à été rallié pour les 12 grands clubs d’Europe comme Manchester United, Barcelone ou Milan…

Mais, lorsqu’Aleksander Ceferin a pris les rêves de l’UEFA, il s’était opposé à ce projet en déclarant la guerre aux clubs associés à ce projet. Même le Prince William s’y était opposé en déclarant : « Aujourd’hui, plus que jamais, nous devons protéger l’ensemble de la communauté du football -du plus haut niveau à la base- et les valeurs de compétition et d’équité qui sont au coeur de cellules-ci. Je partage les soucis des supporters concernant les projets de Super League et les dommages qu’il risque de causer au jeu que nous aimons ».

Même les supporters des clubs anglais associés à ce projet ont des fonctionnalités pour dire non au projet. Aussi des entraineurs comme Kloop ou Guardiola ou des politens comme Emmanuel Macron ou Boris Johnson qui ont brandi des menaces. Les causes d’opposition au projet de Super League en Europe sont d’ordre économique, social et culturel.

En plus de cette opposition, il y a eu une bataille juridique pour prévaloir le droit des nantis qui seront balayés du football qui doivent rester un jeu. Le football a ses charmes et si ce projet verra le jour sur ne verra jamais le grand Raja de Casablanca éliminé en Coupe par Ait Melloul.

Les petits clubs comme Ouarzazate, Dchira ou Ittihad Yaâcoub El Mansour ont le droit d’exister et de jouer au football qui doit rester un jeu populaire. Si ce projet de Super League va permettre d’accroitre les recettes et d’attirer les sponsors, va, néanmoins, condamner les petits clubs qui représentent des symboles et des entités sociales très importantes.

A titre d’exemple, au cours des années 50 et 60 du siècle dernier, l’Olympique d’Ouezzane disposait d’un terrain gazonné qui n’avait pas son pareil au Maroc, alors que les Clubs Rbatis (FUS, FAR, Stade Marocain ) jouaient sur terre battue. En plus, ces petits clubs constituent les pépinières des grands clubs : Timoumi a grandi à Touarga, Touhami s’était épanoui à Ouezzane… Ils sont la bouffée d’oxygène de 90% de la population de la planète.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *