Une question intéressante est à l’ordre du jour : existe-il une Fédération marocaine de cricket ?
Après la crise du basket et du rugby, une autre fédération se retrouve dans l’impasse : le cricket marocain est en délire avec un championnat en sommeil depuis trois saisons. Incroyable mais vrai, le bureau fédéral n’existe que sur le papier et personne ne sait pourquoi il n’y a plus d’assemblée générale.
Pour traiter à la situation et trouver une solution de sauvegarder le cricket, un sport qui ne cesse de s’épanouir et de se développer au Maroc, la Ligue de Rabat-Salé-Kénitra et les clubs Sadd Slaoui, Stade Marocain, Renaissance de Tanger et Ittihad de Tanger sont réunis à la capitale du détroit.
Un seul objectif était suivi : donner la crédibilité aux clubs, reprendre le championnat et surtout organiser une assemblée générale et constituer un bureau fédéral.
Le discours d’ouverture de la réunion a été prononcé par Mohamed Messali, président de l’IRT, qui a souhaité la bienvenue aux participants expliquant avec regret l’arrêt des activités du cricket (championnat et coupe) et a souhaité une solution urgente.
Il a rappelé le manque de communication avec le ministère de tutelle en dépit d’une multitude de correspondances restées sans réponse. L’a insiste sur la question de la structuration de toutes les équipes appelées à régulariser leur situation juridique et institutionnelle.
« Pour éviter de continuer dans la grande crise, il est nécessaire même les clubs de trouver des terrains d’entraînements et d’organiser des matchs amicaux », a-t-il expliqué.
De son côté, Fouad Sdiqui, président du RST, a donné un aperçu sur la mauvaise situation du cricket marocain et a insisté sur le type inconnu des correspondances des dirigeants envoyées au ministère.
A souligner que l’initiative de la réunion de Tanger est venue de la Ligue de Rabat-Salé-Kénitra qui a présenté des propositions pour sortir de la crise en commençant par l’assainissement des aspects administratifs et techniques des équipes affiliées avec la nécessité d’une véritable coordination entre toute la famille du cricket.
Les participants en même temps que travail ont tous remarqué que le recours au renvoi du problème de la situation actuelle du cricket aux hautes instances du ministère de Sports était inutile vu le silence continu des responsables.
Ils ont recommandé des entretiens avec tous les comités des clubs marocains et pourquoi pas exigent la tenue d’une assemblée générale.
« Le championnat et la coupe doivent représenter coute que coute », ont-ils dit.
Maintenance, le semble train sur les « rails » avec cette heureuse initiative de la Ligue du Centre et la bonne volonté des présidents de Sadd Slaoui, du Stade Marocain, de l’IRT et du RST.
Quant aux autres ligues et clubs, ils se joindront à la prochaine réunion pour prendre les décisions finales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.