Aller au contenu

L’ancien ambassadeur de France en Algérie évoque la jalousie algérienne envers le Maroc

Après son mandat, l’ancien ambassadeur de France, Xavier Driencourt, ne semble pas avoir gardé de bons souvenirs en Algérie où il a représenté son pays de 2017 à 2020. Maintenant qu’il n’est plus tenu au secret, il a confié au Journal du Dimanche dans une interview où il a raconté les souvenirs de son expérience à Alger.

L’ambassadeur est revenu sur les relations entre l’Algérie et le Maroc. Il a expliqué comment la jalousie du Royaume s’est emparée de l’esprit des dirigeants algériens. Driencourt a évoqué une rencontre entre le président Abdelaziz Bouteflika et le président Emmanuel Macron, alors fraîchement élu à l’Elysée. Très affaibli, Bouteflika, dit l’ambassadeur, éprouvait une jalousie excessive envers le Maroc, dont les liens étroits avec de hautes personnalités politiques françaises le rendaient indisposé. « Il ne pouvait pas supporter que les Français aient tant d’amitié pour le roi du Maroc », a-t-il déclaré.

Cette jalousie s’est manifestée au grand jour lors d’une rencontre avec le journaliste Jean-Pierre Elkabach où l’ancien président algérien s’est montré gêné par les fréquents séjours de Jacques Chirac au Maroc. « Nous avons ressenti une terrible jalousie », a déclaré le diplomate français au JDD.

En effet, les confidences de Xavier Driencourt sur l’Algérie confirment ce que disait l’ancien président Nicolas Sarkozy dans son livre « Le temps des tempêtes ». L’ancien locataire de l’Elysée a rappelé qu’Abdelaziz Bouteflika ne s’était pas ménagé, lors de leur face-à-face, pour contester ses relations avec le Maroc, au point de « l’accuser » du rapprochement entre la France et le Maroc.

Il n’échappe à personne que le régime algérien nourrit un ressentiment historique envers le Maroc en raison d’un complexe historique qui au fil du temps s’est transformé en une haine viscérale. Le régime actuel, incarné par le duo Tebboune-Chengriha, illustre parfaitement la haine du voisin de l’Est en coupant les liens diplomatiques et en instillant ce ressentiment dans l’esprit de la population algérienne, qui s’est habituée à insulter ignoblement les Marocains dans les stades et les manifestations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *