Aller au contenu

L’avion IRT sans pilote !

Au moment où la sélection marocaine monte sur le podium de Qatar en coupe du monde, les clubs de la Botola I professionnelle connaissent des problèmes surtout de gestion financière, notamment les représentants de la Région Tanger-Al-Hoceima-Tétouan.

En effet, avant-hier c’était le Chabab Rif (CRA), hier c’était le Moghreb Athlétic (MAT), aujourd’hui c’est l’Ittihad de Tanger (IRT).

D’un côté comme de l’autre, il y a la faillite dans les comptes et tout semble indiquer que ces formations pourraient suivre le chemin des « historiques » KAC, CODM, KACM…

Incroyable mais vrai, la tenue précoce de l’assemblée générale ordinaire de l’IRT transformée en extraordinaire constituait une surprise de taille que les supporters tangérois n’attendaient pas.

Le président Mohamed Ahkane avait quelque chose d’important à donner au football de la capitale du détroit.

Secrète et trop secrète, une décision la plus compliquée de toute sa vie selon lui, fera couler beaucoup d’encre : la diffusion irrévocable de tout le comité.

Comme l’a déclaré, le premier mandataire de l’un des plus anciennes équipes du nord ne peut plus continuer à gérer l’IRT.

Les dettes s’accumulent, les querelles avec la FIFA et la FRMF pour la résiliation des contrats avec les ex footballeurs arrivent d’un mois à l’autre.

L’argent remboursable s’élève à 8 milliards de centimes (6 milliards pour les querelles et 2 milliards pour les dépenses).

A vrai dire, il s’agit de chiffres qui donnent la chaise de poule mais qui donnent beaucoup à réfléchir sur l’avenir d’une équipe occupant le poste de lanterne rouge avec une inquiétante 0 victoire au classement du championnat.

Doté d’une grande franchise, Mohamed Ahkane, qui a un parterre occupé par des journalistes et des adhérents, reconnu qu’il ne pouvait pas continuer à diriger un club « moribond » avec des problèmes dans tous leurs cadres.

Il a également expliqué que la situation engendrée par l’ancien comité Aberchane était catastrophique et que ni ses collaborateurs proches, ni lui n’étaient au courant du malaise qui rongeait l’IRT.

Pour tout le comité actuel, la passation du pouvoir n’avait pas eu lieu dans la transparence et plusieurs questions en particulier les querelles avec les anciens footballeurs étaient cachés.

Devant la surprise générale, Mohamed Ahkane a claqué la porte en présentant une démission irrévocable.

Maintenant, l’IRT est un « bateau » sans commandant, un « avion » sans pilote. Il y a le vide et ce qui est étonnant, c’est que personne n’a parlé de la constitution d’une commission provisoire.

Selon les dernières informations, « l’homme miracle » capable de gérer l’équipe, pour au moins jusqu’à la fin de la saison, n’a pas été trouvé et feu encore aucune personnalité tangéroise n’a accepté de constituer la commission provisoire ou d’en faire partie.

Si dans le passé, on parle de trouver les moyens pour assurer le maintien, ce mois de décembre, on ne fait qu’évoquer un éventuel forfait de l’IRT au championnat qui sera un scandale jamais vécu au Maroc.

Que dire d’une équipe sans comité, sans commission provisoire, qu’en penser en voyant le staff technique et l’effectif joueurs s’entraîner tout seuls devant l’absence de responsables capables de les encadrer.

Le on se demande vraiment si les salaires mensuels du personnel seront réglés et qui va les virer à la banque.

Une seule réflexion trouvée : l’IRT est un club qui n’a pas de base travaillant dans l’amateurisme.

Dans une déclaration à la presse, Mohamed Ahkane a expliqué qu’il serait au bureau de la formation tangéroise jusqu’au 7 décembre pour régler les dépenses mensuelles des footballeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *