Aller au contenu

– Le CESE lance en 2022 une plateforme participative en ligne pour recueillir l’avis des citoyens

Les citoyens marocains pourront bientôt partager leurs avis, suggestions et recommandations avec le Conseil économique, social et environnemental (CESE). L’institution s’apprête à lancer, dès l’année prochaine, une plateforme en ligne pour recueillir ses contributions sur les différentes problématiques qu’elle explore dans le cadre de ses missions.

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) souhaite associer les citoyens marocains à l’élaboration des avis, études et propositions qu’il élabore dans le cadre de ses compétences.

Dans une démarche participative, l’organe consultatif a décidé de recueillir, à compter de 2022, les avis, suggestions et recommandations des citoyens relatifs aux différents sujets qu’il traite dans le cadre de ses saisines, auto-rapports, études et enquêtes. .

C’est ce qu’a annoncé son président, Ahmed Reda Chami, lors de la présentation du budget sectoriel du CESE pour 2022 aux deux Chambres du Parlement et qu’il a baptisé « Je participe ».

Cette plateforme, ajoute-t-il, permettra également au Conseil d’être à l’écoute des besoins, attentes et aspirations des citoyens et d’en tenir compte dans l’élaboration de son programme d’action annuel.

L’initiative du Conseil d’ouvrir le débat public aux citoyens intervient après le renforcement de sa présence sur les réseaux sociaux, qui a permis de porter le nombre de réactions à plus de 4 500 000.

Selon les données présentées par Ahmed Reda Chami, plus de 81 000 internautes ont visité le site Web du Conseil au cours de l’année écoulée, visualisant plus de 248 000 pages et visualisant plus de 63 000 documents. Du côté des réseaux sociaux, la page Facebook du Conseil compte plus de 110 000 abonnés, alors que leur nombre dépasse 132 000 sur Twitter et 4 692 sur LinkedIn.

Le président du CESE a également révélé que le premier sujet qui sera ouvert au débat public sur la nouvelle plateforme concernera « le harcèlement sexuel dans le monde universitaire », ajoutant que l’instance examine également, dans le cadre d’une saisine du chef du gouvernement , sur une question relative à la santé mentale au Maroc.

De nouveaux sujets sont également prévus pour l’année prochaine qui constitueront des éléments de réflexion préalable sur des sujets tels que « la prise en charge des patients dans le système de santé d’urgence » ou « la réforme du système d’autorisation médicale ». L’exploitation des ressources naturelles ».

Pour l’année en cours, le CESE entend diffuser les résultats des travaux menés dans le cadre des auto-descriptions, et qui concernent notamment l’économie du sport, la réforme des services publics en lien avec le développement territorial, le développement urbain durable du côte marocaine, développement du capital humain dans les secteurs public et privé, ou transfert de compétences et de connaissances au sein des institutions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *