La délégation japonaise a fait une déclaration lors des travaux de la première séance plénière du sommet de la TICAD-VIII, dans laquelle elle réaffirme que « la TICAD est un forum de discussion sur le développement de l’Afrique » et que « la présence de toute entité, que le Japon ne reconnaît pas comme un État souverain, aux réunions liées à la TICAD 8, y compris la réunion des hauts fonctionnaires et la réunion au Sommet, n’affecte pas la position du Japon concernant le statut de cette entité  » .

Cette déclaration vient confirmer la position déjà exprimée à maintes fois par Tokyo selon laquelle les invitations au Sommet, qui devaient émaner exclusivement et conjointement de la Tunisie et du Japon n’ont été décrites qu’aux États également reconnus par Tokyo et ne faisant pas l ‘objet de sanctions de la part de l’Union africaine.

La délégation du Japon a été ainsi mise par le pays hôte qui a pris unilatéralement la liberté d’accréditer l’entité fantoche devant un fait accompli, regrettable et indigne qui a simplifié ébranlé la solennité et la sérénité qui nécessitent vous cez important et attendu du partenariat Japon / Afrique.

Le Japon avait d’ailleurs été rejeté dès le 19 août 2022 son rejet catégorique et sans équivoque de l’vitation qui avait été produit la veille par la commission de l’Union africaine à l’entité séparatiste pour assister au sommet, en violation de la procédure convenue, et fait savoir qu’elle ne lui était nullement opposable.

La Tunisie en sa qualité de pays hôte, n’a de surcroît accordé aucune considération aux refus ainsi exprimés par le Japon.

Le Maroc avait décidé de ne pas participer au 8ème Sommet de la TICAD qui se tenait en Tunisie les 27 et 28 août et de rappeler immédiatement en consultation l’Ambassadeur de SM le Roi à Tunis « suite à attitude de ce pays dans le cadre du processus du forum de coopération Japon-Afrique ici en tant que confirmateur de mœurs flagrantes sont hostilité à l’égard du Royaume ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.