Dans une déclaration commune, rendue publique à l’issue de la visite à Berne du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, les deux pays affirment qu’ils « reconnaissent l’importance d’un dialogue complet et régulier pour renforcer la compréhension mutuelle. » Ils ont également rappelé leurs engagements respectifs dans le cadre de l’Accord de Paris sur le climat, réaffirmé lors de la COP-22 au Maroc.

En travaillant à développer les échanges sur toutes les questions d’intérêt commun, afin de contribuer au renforcement de la paix, de la sécurité et de la prospérité, le Maroc et la Suisse affirment reconnaître le caractère transnational des questions migratoires et l’intérêt de les aborder dans un esprit de partenariat au niveau bilatéral, régional et multilatéral. Ils rappellent également leurs nombreux accords bilatéraux et déclarations d’intention relatifs à la coopération sectorielle.

La Déclaration réaffirme également que les deux pays sont liés par les principes et les buts inscrits dans la Charte des Nations Unies et qu’ils adhèrent aux normes du droit international.

Il ajoute que le Royaume du Maroc et la Confédération suisse souhaitent tenir des consultations politiques régulières, généralement en alternance annuellement entre Rabat et Berne, poursuivant les objectifs de renforcement et d’approfondissement du dialogue politique de haut niveau, afin de promouvoir une coopération concrète sur les plans bilatéral, régional et les questions internationales, et de se consulter sur des questions stratégiques de grande importance pour les deux pays, sur des questions mondiales, en explorant de nouveaux domaines de coopération sectorielle et en faisant des bilans périodiques des progrès.

Il s’agit aussi, note la déclaration commune, d’œuvrer pour accélérer le rythme des visites d’entreprises au niveau des hauts fonctionnaires et à tous les niveaux afin de renforcer le dialogue et la concertation entre les gouvernements et les opérateurs économiques, pour contribuer au renforcement des relations internationales. la paix, la sécurité et la stabilité et de discuter des droits de l’homme, notamment sur les progrès réalisés par les signataires en termes de protection et de promotion dans ce domaine.

Le Maroc et la Suisse souhaitent également renforcer le dialogue politique entre les deux pays, à travers des rencontres régulières entre les ministres des Affaires étrangères et des contacts entre les directeurs centraux des deux départements respectifs.

Encouragez votre entreprise

Dans la rubrique Economie et Commerce, les deux pays saluent l’accord de libre-échange conclu entre le Royaume du Maroc et les États membres de l’Association européenne de libre-échange (AELE), ainsi que l’accord sur la protection des investissements et la Convention de double imposition entre la Suisse et Maroc, qui offrent une base favorable aux relations économiques bilatérales.

Ils rappellent que leur accord de libre-échange est un outil important dans leurs relations bilatérales et que la commission mixte de cet accord de libre-échange entre l’AELE et le Maroc est l’instance compétente pour discuter de toute question connexe.

Reconnaissant l’importance d’améliorer en permanence les conditions pour favoriser la croissance ainsi que la diversification des échanges et des investissements, en mobilisant l’intérêt des entreprises concernées, les deux pays expriment leur volonté de mener des échanges économiques et des rencontres ponctuelles et de faciliter le développement de liens entre les secteurs privés respectifs, par exemple à travers l’organisation de forums d’investissement.

Ils souhaitent explorer les possibilités de coopération afin de développer des actions conjointes maroco-suisse vers l’Afrique, notamment à travers les agences de coopération des deux pays.

Le Royaume du Maroc et la Confédération suisse entendent également, en s’appuyant sur les intérêts de leurs pôles économiques respectifs, favoriser la coopération d’acteurs dans des secteurs tels que la pharmacie, les équipements médicaux, l’industrie chimique, les technologies, les infrastructures pour les secteurs des énergies renouvelables et, en le cadre de la coopération pour le développement économique et la finance durable.

Les deux pays souhaitent poursuivre et approfondir leur coopération dans le domaine du tourisme durable, y compris l’organisation de salons, expositions et séminaires du tourisme, ainsi que dans le domaine de la formation des spécialistes du secteur hôtelier et touristique.

Ils souhaitent poursuivre leur coopération dans le domaine du commerce international, des institutions économiques et financières, pour mieux servir les objectifs de développement durable et assurer l’intégration des deux pays dans le système des relations économiques internationales.

En matière de migration, le Maroc et la Suisse saluent dans la déclaration commune le renforcement de la coopération bilatérale en matière de migration, notamment à travers la tenue de consultations bilatérales sur la migration.

Ils souhaitent approfondir encore cette coopération bilatérale sur la gestion des migrations et la protection des migrants en instaurant un dialogue régulier sur les migrations, notamment à travers la création d’une équipe permanente de migration mixte et la conclusion d’un « accord de coopération sur les migrations ».

Question du Sahara : la Suisse qualifie les efforts du Maroc de « sérieux et crédible »

Dans la même déclaration, la Suisse a réaffirmé son soutien aux « efforts sérieux et crédibles du Maroc visant à une solution politique de compromis » à la question du Sahara marocain, tout en précisant qu’elle a pris acte de l’initiative d’autonomie présentée à cet effet de la part du Royaume. « La Suisse soutient les efforts des Nations Unies et le rôle central qu’elle joue dans le processus relatif à la question du Sahara », peut-on lire dans le communiqué commun. La Suisse, qui « soutient une solution politique conforme au droit international et aux résolutions connexes du Conseil de sécurité », a déclaré qu’elle « reste convaincue que seules des négociations conduiront à une solution politique, juste, durable et mutuellement acceptable ». En ce sens, « réaffirme l’importance des efforts sérieux et crédibles du Maroc en vue d’une solution politique fondée sur le compromis » et « prend acte, dans ce contexte, de l’initiative d’autonomie présentée par le Maroc au secrétaire général des Nations unies. 11, 2007 « .

La Suisse encourage également toutes les parties à poursuivre leur engagement dans un esprit de compromis.

La déclaration rappelle également « les remerciements du Royaume du Maroc pour l’assistance apportée par la Confédération suisse afin de faciliter, en tant qu’Etat hôte, la conduite des réunions organisées à Genève par les Nations Unies dans le cadre du processus politique. progrès vers la recherche d’une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable ».

A la demande des autorités marocaines, le Département fédéral suisse avait indiqué officiellement, dans une note verbale, qu’il n’y avait pas de représentation officielle du – Front Polisario – à l’Office des Nations Unies à Genève, ni au Conseil fédéral.

De son côté, le Tribunal fédéral suisse avait rejeté le recours formé par un citoyen des provinces méridionales du Royaume contre la décision des autorités suisses de refuser désormais, lors du renouvellement du permis de réfugié, d’indiquer « Sahara occidental » sous la « nationalité « section.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *