La Marine royale participe actuellement à l’exercice maritime américain « Phoenix Express 2022 » ici si déroulé en Tunisie. Cet exercice a commencé le 19 mai et s’achèvera le 3 juin, fait savoir un communiqué de la Sixième flotte américaine, ajoutant que treize pays participeront à l’exercice, dont la Belgique, l’Égypte, la Grèce, l’Italie, Libye, Malte, Mauritanie, Maroc, Espagne, Tunisie, Royaume-Uni et les États-Unis. L’Algérie figure également dans la liste des participants.

Selon la même source, cet exercice a mis l’accent sur la coopération régionale, la sensibilisation au domaine maritime, les pratiques d’échange d’échange de formations et les capacités opérationnelles. Cela permet ainsi de renforcer les efforts visant à promouvoir la sûreté et la sécurité dans la mer Méditerranée et les eaux territoriales des pays d’Afrique du Nord aux participants. Treize paie participeront à l’exercice.

« La Tunisie démontre régulièrement son engagement et sa volunté de s’associer aux États-Unis dans notre vision commune de la paix et de la stabilité maritime en Afrique du Nord et dans les eaux méditerranéennes environnantes », a déclaré, à cette occasion, l ‘amiral Robert Burke, commandant des forces navales américaines Europe-Afrique et du Commandement des forces interarmées alliées à Naples.

Rappelons que c’est la Goulette à la base navale de Tunis qui abrite cet exercice conjoint. Le calendrier prévu prévoit une phase préparatoire au port ainsi que cinq jours de formation à la sécurité maritime en Méditerranée. Ensuite, les participants effectueront des exercices en mer de l’exercice pour mettre à l’épreuve leurs capacités à répondre à la migration irrégulière et à lutter contre le trafic illicite et le mouvement de marchandises et de matières illégales.

Phoenix Express est l’un des trois exercices maritimes régionaux effectués par les forces navales américaines Europe-Afrique dans le cadre d’une stratégie globale visant à offrir des opportunités de collaboration entre les forces africaines et les partenaires internationaux afin de répondre aux préoccupations en matière de sécurité maritime.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.