Seconde Bulletin numéro 7052 Revue, publiée le Le 30 décembre 2021, le Royaume a mis fin aux fonctions de L’ambassadeur du Maroc Lahcen Abdel Khaleq depuis le 14 décembre, 113 jours après la décision unilatérale et injustifiée d’Alger de rompre les relations avec le Maroc.

L’ambassadeur du Maroc en Algérie est rentré au Maroc vendredi 27 août à bord d’un avion privé de Royal Air Maroc (RAM), accompagné d’une délégation diplomatique marocaine, trois jours après que le ministre algérien des Affaires étrangères Ramtane Lamamra a annoncé la rupture des relations.

Frustré par la libération du passage d’El Guerguerat par les FAR et par la reconnaissance américaine du caractère marocain du Sahara, le régime algérien, qui fait face à une crise interne sans précédent, a décidé de jouer la carte de l’ennemi extérieur et de trancher relations avec le Maroc. Refusant la main tendue par SM le Roi Mohammed VI lors du discours du Trône, Alger a accusé, sans la moindre preuve, le Royaume d’être à l’origine des incendies de forêt qui ont ravagé la Kabylie l’été dernier et de soutenir le mouvement.

Des accusations qui serviront de prétexte à la rupture des relations diplomatiques décidée le 24 août. Une décision jugée injustifiée par la diplomatie marocaine qui s’y attendait, alors que l’acharnement d’Alger avait atteint son paroxysme.

Le régime algérien a alors interdit son espace aérien aux avions marocains, avant de multiplier les déclarations et gestes hostiles qui veulent provoquer une guerre avec le Maroc, dans l’espoir de mettre fin au Hirak en jouant sur la carte de la « Nation en danger ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *